Vendredi 9 décembre 2016









TICKET MAGAZINE

Jean Jean Roosevelt célèbre la vie

Alors qu’il ressent encore des douleurs aux bras et s’apprête à consulter un oto-rhino-laryngologiste, Jean Jean Roosevelt revient sur les ondes avec une nouvelle composition. Baptisée « Connais-tu ? », truffée de questions sur l’existence humaine, cette chanson qui se veut un hommage à la vie « témoigne que cet accident de voiture survenu le mois dernier à Pacot n’est pas un malheur… mais une source de bénédiction », selon le chanteur.


Il persiste et signe. Visage rieur, bras gauche en écharpe, Jean Jean Roosevelt affirme avoir été protégé par la grâce de Dieu quand un taxi est entré en collision avec sa voiture l’a heurté le 28 juillet alors qu’il se rendait au centre-ville de Port-au-Prince accompagné de son frère. « Dieu m’a sauvé », clame-t-il. Cet accident m’a été une bénédiction. Je suis devenu plus fort, plus sage, beaucoup plus amoureux de la vie et de mon entourage. » Le dernier voyage a été reporté. Des maux en mots ? Envie soudaine de vivre ? Le Prix TV5 Monde s’exprime en chanson : « Est-ce que tu connais les moindres battements de ton cœur ? Est-ce que tu connais ton dernier souffle, ta dernière heure ? Combien de pleines lunes, combien d’couchers de soleil ? Combien de printemps, combien d’hivers qu’il te reste ? » Mélange de funk et de percussions exotiques qui l’inscrit dans le courant world music, « Connais-tu ? » est cette inspiration momentanée, ce compagnon de route qui a pris l’artiste à la gorge, tandis que ce dernier gardait un collier orthopédique autour du cou. « Je ne pouvais plus attendre. Je n’avais pas droit à la résistance. Je venais de frôler la mort. Les paroles coulaient à flots. La chanson me trottait dans la tête. Je l’ai écrite le jour même de l’accident », se félicite-t-il. Bientôt en tournée en Martinique, travaillant sur son quatrième album et la vidéo de cette dernière chanson, Jean Jean Roosevelt se cramponne désormais à la vie, tel à une bouée de sauvetage. Que veut-on ? « Un cœur, des yeux, ce beau sourire, mais pour combien de temps encore ? Tes bras, tes pieds, ces éclats de rire, auront-ils le même accord ? Je ne veux pas te stresser, mais on est d’accord. Vis ta vie… t’auras pas tort. »











AUTEUR
Martine Fidèle

martinefidele@lenouvelliste.com

Réagir à cet article

Les commentaires sont modérés

Chaque contribution postée est soumise à modération. Vous pouvez alerter l'équipe du Nouvelliste, d'une contribution qui vous semble ne pas respecter notre charte en cliquant sur le bouton << Voter contre >>, présent sous chaque commentaire. Notre équipe sera automatiquement prévenue et fera le nécessaire.

La charte de moderation












Haut de la page