Dimanche 25 septembre 2016









ECONOMIE

Des milliers d’emplois seront créés au Parc industriel métropolitain

Le directeur général de la Société nationale des parcs industriels (SONAPI), Bernard Schettini, a effectué, le lundi 11 août 2014, à l’intention du président de la République, Michel Martelly, du ministre du Commerce et de l’Industrie, Wilson Laleau, et de l’ambassadeur du Mexique, Jose Luis Alvarado, une présentation assistée par ordinateur du plan d’expansion du Parc industriel métropolitain (PIM).


Avec ce nouveau plan d’expansion, le directeur général de la SONAPI vise la création de 4 000 nouveaux emplois. Rien que pour la première phase. « Ce plan d’expansion va se dérouler autour de deux phases […] 4 bâtiments de 10 000 m2 seront construits au cours de la première phase alors qu’au cours de la seconde phase, 6 ou 7 nouveaux bâtiments vont être construits », a déclaré Bernard Schettini. 20 millions de dollars américains seront nécessaires pour l’exécution de la première phase de ce plan d’expansion. Une somme que le Mexique a déjà consenti à débourser. Selon ce qu’a fait savoir l’ambassadeur mexicain, Jose Luis Alvarado, émissaire du président Enrique Peña Nieto qui a transmis, dans la langue de Cervantes, l’engagement de ce dernier d’être au chevet d’Haïti. Le président Martelly, pour sa part, loue l’empressement avec lequel l’affaire a été conclue. « Trois réunions seulement avec le diplomate mexicain ont suffi », a fait savoir le chef de l’Etat haïtien pour qui ce projet obéit à sa vision de réduire l’extrême pauvreté. Et, pour y parvenir, il n’y a pas 36 solutions : la création d’emplois. « Une de mes priorités, c’est la création d’emplois », s’est exclamé le président Martelly. L’expansion immédiate du PIM, dans moins d’un an, devra, d’une part, doubler le nombre d’emplois dans le plus grand centre de production manufacturière de l’aire métropolitaine et, d’autre part, doper les exportations. « Avec 36 530 emplois, ce secteur représente à lui tout seul 90% des exportations du pays et à peu près 800 millions de dollars américains », a fait savoir le DG de la SONAPI. Côté statistique, le PIM fournit plus de 36% des emplois du secteur, le Parc industriel de Caracol (PIC) génère 10% des emplois alors que le parc CODEVI emploie 19% de manufacturiers. « Très prochainement, 4000 nouveaux emplois seront créés à CODEVI », a annoncé péremptoirement Bernard Schettini. Ce dernier, muni de l’assentiment du chef de l’Etat, compte lancer, sans plus tarder, les appels d’offres pour la construction des 4 bâtiments de la première phase du plan d’expansion. Grâce aux terrains récupérés, qui étaient jusque-là occupés illégalement par des squatters, 56.33 hectares vont maintenant être pourvus de ces nouveaux bâtiments pouvant générer chacun environ mille emplois. « Afin d’innover, nous nous proposons de construire des centres de traitement pour la gestion des eaux usées […] Et nous nous proposons de récupérer un million de dollars l’an à travers le loyer de ces bâtiments », a affirmé Bernard Schettini Créée en 1981, la SONAPI, organisme autonome de droit public, qui est coiffée par un conseil d’administration dont le président est le ministre du Commerce et de l’Industrie, a pour mission d’assurer l’implantation, l’organisation et la gestion de tous les parcs industriels à travers le pays destinés à loger des entreprises industrielles dans les conditions prévues par la loi. Actuellement, elle gère deux parcs industriels : le PIM et le Parc industriel de Caracol. Au dire de son directeur général, elle offre aux investisseurs une main-d’œuvre abordable et des espaces à des prix préférentiels ainsi que des accords de libre échange.











AUTEUR
Patrick Saint-Pré

sppatrick@lenouvelliste.com

Réagir à cet article

Les commentaires sont modérés

Chaque contribution postée est soumise à modération. Vous pouvez alerter l'équipe du Nouvelliste, d'une contribution qui vous semble ne pas respecter notre charte en cliquant sur le bouton << Voter contre >>, présent sous chaque commentaire. Notre équipe sera automatiquement prévenue et fera le nécessaire.

La charte de moderation












Haut de la page