Jeudi 29 septembre 2016









SPORT
1er championnat international de karaté

Un succès dans l'histoire des arts martiaux en Haïti

Jusqu'à 9 heures du soir, le public, pour la plupart composé de fans et adeptes des arts martiaux, jouissait du spectacle qu'offraient les athlètes de différents styles sur le tatami du gymnasium Vincent. Il est vrai qu'à l'ordre du jour de ce grand rendez-vous martial, c'était une compétition internationale de karate; mais dans l'ensemble, c'était un véritable festival d'arts martiaux avec au programme : shotokan, kyokushin et taekwondo.


Les frères Abellard (Shian Henri et Lionnel) ont fait l'impossible afin de rendre possible l'organisation de ce premier championnat national de karate qui s'est déroulé le samedi 2 août 2014 au gymnasium Vincent. Les disciples de Gishen Funakoshi et de Oyama, respectivement fondateurs des styles shotokan et kyokushin issus du terroir, la diaspora et l'étranger avaient fait le déplacement pour participer à ce « grand événement » sportif. Hormis ces deux styles de combat de l'empire au Soleil Levant (Japon), figurait également le tae kwon do (ITF) de la Corée dont les représentants sont le professeur Léo Kartright et Frénel Augustin (cellule USA). Si certains des athlètes ont excellé dans le kumite et l'exécution des kata, le Nord avec ses athlètes issus de la fière cité capoise s'est particulièrement distingué surtout dans le kumite. Du lot il faut signaler David Madsen, célèbre dans ses coups de pied circulaires et son sang froid dans le combat qui lui ont permis d'ailleurs de venir à bout de ses adversaires. Le grand fait marquant à l'occasion de ce premier championnat national de karaté, a été la performance sur le tatami de karatéka issus de millieux défavorisés comme Cité Soleil, Grand Ravine, Cité Lescot du Cap et autres bidonvilles réputés être des zones de non-droit. Là où les frères Abellard sont à complimenter après avoir puisé dans leurs propres fonds pour rendre possible la participation de ces athlètes à cette grande première, ajoutez également l'hébergement de ceux de la province. Le shian Henri, s'active déjà dans les planifications pour la 2e edition, remerciant tous ceux et celles qui ont contribute, particulièrement les commanditaires pour le plein succès de ce festival d'arts martiaux; quant à son frère, shian Lionnel, l'avenir pour les arts martiaux s'avère assuré avec l'émergence d'une solide génération de combattants capables de rivaliser avec les meilleurs. L'un d'eux rencontré et qui a tenu de garder l'anonymat, a déclaré que sans la particpation très active des secteurs concernés, ils ne pourront pas maintenir la flamme car les arts martiaux comme c'est le cas pour d'autres disciplines pratiquées en Haïti. « Souvent on reçoit toujours des invitations pour participer à un tournoi à l'échelle internationale, mais faute de moyens financiers on ne peut pas honorer cette invitation à participer à cette compétition où nous étions capables de monter sur le podium », a-t-il ajouté pour finir.











AUTEUR
Emmanuel Bellevue manubellevue@yahoo.fr

Réagir à cet article

Les commentaires sont modérés

Chaque contribution postée est soumise à modération. Vous pouvez alerter l'équipe du Nouvelliste, d'une contribution qui vous semble ne pas respecter notre charte en cliquant sur le bouton << Voter contre >>, présent sous chaque commentaire. Notre équipe sera automatiquement prévenue et fera le nécessaire.

La charte de moderation












Haut de la page