Une visioconférence autour de Marie Vieux-Chauvet
 jeudi 31 juillet 2014

CULTURE

Une visioconférence autour de Marie Vieux-Chauvet

Le Nouvelliste | Publié le : 16 avril 2014

Ce mercredi 16 avril, les élèves de l'École Sainte-Trinité et les étudiantes de Mount Holyoke College (Massachusetts) se sont rencontrés lors d'une visioconférence autour de Marie Vieux-Chauvet. La rencontre était coordonnée par le Language Ressource Center (Lrc) de Mount Holyoke College et la revue Legs et Littérature.
11h a.m. La salle des professeurs de l'École Sainte Trinité est investie par les élèves de première et terminale de ladite institution. Ils ont été plus d'une dizaine à prendre part à cette rencontre autour de Les Rapaces, roman posthume de Marie Vieux-Chauvet publié en 1986 par Henri Deschamps en lieu et place d'Amour, Colère et Folie qui avait reçu le prix Deschamps de la même année. Installées confortablement dans le laboratoire de Mount Holyoke College, les étudiantes ont échangé leurs points de vue sur Les Rapaces et l'histoire d'Haïti, précisément la période duvaliériste. Le roman, qui commence avec les funérailles de François Duvalier, est divisé en trois parties : le chat, les pauvres et la police. Le chat comme figure métaphorique a suscité bien des débats lors de cette discussion. Les étudiantes de Mount Holyoke se sont fait aider par les élèves de l'École Sainte Trinité pour mieux comprendre le vocabulaire créole et les référents historiques et géographiques. Créée en 1913, l'École Sainte Trinité a fêté l'année dernière son centenaire sous la houlette de l'actuelle directrice de l'école, Fernande Sanon Pierre-Louis, première femme-prêtre d'Haïti, qui a su donner une nouvelle orientation à cette institution. Carolyn Shread, professeure de français au Mount Holyoke College et rédactrice à la revue Legs et Littérature, est sortie satisfaite de cette conférence audio-visuelle. Intervenant en novembre 2013 à l'Ecole Sainte Trinité, elle a développé avec Dieulermesson Petit Frère, qui est passé dans son cours en février dernier dans le Massachusetts, une relation de partage qui s'est matérialisée ce mercredi 16 avril. Un projet qui a mis du baume sur le visage des étudiantes de Mount Holyoke College aussi bien que dans le coeur des élève de l'École Sainte Trinité. Créée en 1837 et établie à South Hadley, dans le Massachusetts, Mount Holyoke College est la première université pour femmes des États-Unis d'Amérique. Née en 1916, à Port-au-Prince, Marie Vieux Chauvet est une figure imposante de la littérature haïtienne et caribéenne. Son chef-d'oeuvre, "Amour, Colère et Folie", paru pour la première fois en 1968 chez Gallimard, est devenu un vrai classique de la littérature haïtienne. Il est l'objet de diverses rééditions pirates. Outre Les Rapaces, roman traduit en anglais par Carolyn Shread et en créole par Dieulermesson Petit Frère, elle est aussi l'auteur de La légende des fleurs (1947), Fille d'Haïti (1954), Ti-moun nan bois, une nouvelle publiée en septembre 1954 dans le septième numéro de la revue Optique, La danse sur le volcan (1957) et Fonds des Nègres (1960).
Les étudiantes de Mount Holyoke College ayant participé à la visioconférence : 1- Schott, Whitney 2- Ruvimbo Mushavi 3- Kakinc, Almila 4- Chilemba, Ellen 5- Mudahakana Céline 6- Kung, Bowie 7- Slucky, Alex 8- Rios, Jordan 9- Morgan, Molly 10- Vilain, Cam. | Les élèves de l'Ecole Sainte Trinité ayant participé à la visioconférence : 1- Benoit, Jose Williane 2- Bruno, Widenie 3- Jeudy, Maria Clara Emiliana 4- Charles, Taniah 5- Compère, Lovensky 6- Sévère, Shnaïlledine 7- Volcy, Gaana Oksana 8- Luxamar, Ralph Cooper David 9- Odena, Vanessa 10- Sanon, James Carl-Henry 11- Félix, Béatho Tolem.
Wébert Charles
webertcharles@lenouvelliste.com

Réagir à cet article

L'EDITO

Messieurs, jwèt pou nou !

Le carnaval des Fleurs est fini. Cette édition 2014 ne restera pas dans les mémoires. Rares sont les journalistes interrogés qui affirment avoir déniché des perles dans les fleurs. Un peu de couleurs, beaucoup de bruits et la foule des grands jours, Port-au-Prince -interdit de carnaval depuis trois ans pendant les jours gras- aurait pu s’offrir pareille fête avec quelques DJ. Cela dit, ici,…

la Une du 31 juillet 2014

Haut de la page