Sauver le Petit Conservatoire !

L’école de théâtre et des arts de la parole, Le Petit Conservatoire, ferme ses portes. Alors que le 27 mars ramène la Journée internationale du théâtre, cette nouvelle tombe comme un couperet. L’annonce funeste ne date pourtant pas d'hier.

Publié le 2014-03-27 | Le Nouvelliste

Par Péguy F. C. Pierre En 2011, Daniel Marcelin, directeur de l’école de théâtre et des arts de la parole Le Petit Conservatoire, en annonçait la fermeture. Le manque d’infrastructures dû aux dégâts causés par le séisme et une participation citoyenne et étatique quasi inexistante sont a priori à l’origine de cette décision. Il a depuis refusé toute demande d’inscription, se contentant d’accompagner ses deux dernières promotions vers la fin de leur cursus. Trois ans plus tard, son cri d’alarme est resté sans appel. Le comédien-directeur passe alors à l’acte. L’unique école de théâtre sur tout le territoire national ferme ses portes sans que cela ne suscite davantage d’émoi. Comme si ces quinze années passées au service du théâtre et de la culture haïtienne n’ont compté que pour du beurre. Les circonstances laisseraient croire que cette fin était prévisible, voire consentie. Depuis son existence, l’école n’a jamais obtenu la reconnaissance légale des instances concernées, l’habilitant à fonctionner. « Cela a toujours été un véritable combat, explique Daniel Marcelin dans une interview accordée au Nouvelliste. Soi-disant parce que le ministère de l’Education nationale n’a jamais su, jusqu'à aujourd’hui, où me catégoriser ? Devrait-il élever l’école au rang d’université ? Ou plutôt devrait-il la considérer comme un centre professionnel ? Ce qui est sûr, en revanche, c’est que ce ministère, comme celui de la Culture, sait que nous existons. » Un argument qui semble relever davantage du prétexte, puisque le cursus du Petit Conservatoire a été élaboré conjointement avec le Conservatoire Royal de Liège en Belgique, qu’un corps professoral compétent était disponible et qu’il y avait une demande. « Quand j’ai décidé de changer ce qui autrefois était un atelier en école, raconte le comédien, j’ai réalisé plusieurs réunions pédagogiques avec Pietro Varraso, directeur du conservatoire de Liège et deux de ses conseillers. Ensemble, nous avions conçu les curricula de la formation. Des cours techniques spécifiques, des cours généraux et des cours artistiques sont proposés. Le fascicule existe d’ailleurs encore. J’ai également développé des partenariats facilitant le stage de mes meilleurs élèves à Liège, continue Daniel Marcelin. En somme, le comédien qui sort du Petit Conservatoire est un professionnel compétent au même titre que n’importe quel comédien à l’échelle internationale. » L’école a pourtant connu ses heures de gloire. « Le cursus durait trois années pour un effectif de 60 étudiants, à raison de 20 étudiants par année académique, raconte Daniel Marcelin. Un projet de sortie sanctionnait les études, même si je n’ai jamais pu délivrer un véritable diplôme. Cela n’a toutefois jamais empêché l’affluence aux portes de l’école. » Cette affluence s’expliquait, selon le directeur, premièrement parce que c’était la seule institution à offrir cette formation, mais aussi par le niveau de performance des comédiens et la qualité des spectacles qu’elle produisait. Les adaptations de Les fous de Saint-Antoine de Lyonel Trouillot, d’Anastase de Gary Victor, et plus récemment de Gouverneurs de la rosée de Jacques Roumain comptent parmi les meilleures présentations de la troupe « Le Petit Conservatoire ». A ce sujet, Daniel Marcelin revient sur les premiers jours de l’institution qu’il a dirigée avec Gary Victor et Ricardo Lefèvre. « L’école a été créée parce que je croyais, en tant que comédien et animateur culturel, avoir quelque chose à transmettre, maintient le comédien international. Je croyais aussi en une participation citoyenne qui appréhenderait au mieux la nécessité de supporter l’école. » En effet, Le Petit Conservatoire a toujours pu compter sur le soutien de certaines personnes. Notamment l'ancien ministre de la Culture feu Hervé Denis, l’économiste Fritz Jean qui, d’ailleurs, a permis que la pièce Anastase soit jouée au Cap-Haitien. Elle pouvait également s’appuyer sur le support inconditionnel de personnes comme la chanteuse Pascale Monfort, l’économiste Kesner Pharel, le notaire Jean Henry Céant, ou encore des organismes comme la Fokal et Wallonie Bruxelles Internationale. Des personnalités et des structures culturelles auxquelles Daniel Marcelin n’a plus fait appel depuis sa décision de jeter l’éponge. Mais cette bonne volonté, retrouvée chez un nombre trop restreint, n’a plus suffi. Après le séisme de 2010, l’espace qui loge Le Petit Conservatoire à Delmas 29 a subi de sérieux dommages. Une salle multimédia complètement détruite, des brèches dans le bâtiment, du matériel de production endommagé et irrécupérable. Les difficultés de toutes sortes, principalement économiques, s'en sont suivies. Même le don en matériel informatique et audiovisuel de la Wallonie Bruxelles Internationale n’a pu pallier les besoins de l’institution. Il aurait fallu avec cela une intervention étatique via les institutions concernées comme le ministère de la Culture ou de l’Education nationale. L’attente a été vaine. Libonet Fénélus, étudiant finissant, qui a tenu le rôle de Bien-Aimé, père de Manuel, dans la nouvelle adaptation de Gouverneurs de la rosée de Daniel Marcelin, est affligé par cette décision. « Je savais dès le départ que l’école allait fermer ses portes quand je m’y suis inscrit, spécifie-t-il. Mais mon amour pour le théâtre et ma vision de cet art m’ont motivé à rechercher une formation solide que seul Le Petit Conservatoire était, à mon avis, en mesure de me donner. Cette fermeture est une perte énorme pour le pays. Tous les secteurs de la vie culturelle devraient sentir le besoin de prêter main forte. Ils se doivent de crier urgence pour ce secteur qui souffre. » Ayant tenu le rôle d’Anaïse dans la même pièce, Esperanda Bidone devra finir sa 3e année sans la possibilité d’introduire de nouveaux étudiants. Elle fait partie de la dernière promotion que forme Le Petit Conservatoire. Comme Libonet, elle espérait que l’école ne fermerait pas, ou que son directeur changerait d’avis. « J’y ai connu une ambiance extraordinaire, et je suis consciente d’être aujourd’hui une professionnelle du théâtre grâce au pédagogue qui m’a formée. C’est regrettant que nous ayons à en arriver là. » Daniel Marcelin, nullement résigné, pense avoir fait son temps. C’est d’ailleurs en partie la raison pour laquelle il souhaite lever l’ancre. « Après quinze années de bons et loyaux services, de bonheur, de joie, d’enrichissement et de découvertes, je crois que le moment est venu pour moi de me retirer, question de passer à autre chose, ponctue le comédien. Comme Edith Piaf, je dirai que je ne regrette rien. » A la question de savoir si sa décision de fermer l’unique école de théâtre du pays est irrévocable, le comédien lâche dans un sourire mi-amusé mi-sérieux : « Peut-être que non, qui sait?.. Il se pourrait bien que le support que je réclame depuis quinze ans et que je n’ai pas réussi à obtenir arrive finalement. Il sera toujours temps, à ce moment-là, de revenir sur ma décision. En attendant, je m’accorde une pause d’au moins deux années. »
Ses derniers articles

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".