Pour l’intégration des producteurs dans la recherche agricole

Publié le 2013-12-11 | Le Nouvelliste

Economie -

Le quatrième briefing sur le développement en Haïti organisé par la PROMODEV, s’est déroulé, ce mercredi, à l’Université Quisqueya, sur le thème : « Recherche pilotée par les producteurs haïtiens pour une meilleure sécurité alimentaire et nutritionnelle en Haïti. » Un panel constitué, entre autres, du chef de cabinet du ministre de l’Agriculture, Pierre André Paul, a présidé au lancement de cette activité dont l’objectif consiste à contribuer à la promotion du développement rural en Haïti à travers la mise en place d’un système intégré de production agricole. Dans cet espace de dialogue et de réflexion, la situation difficile des petits exploitants, les premiers à être victimes de l’insécurité alimentaire, a été abordée. « Les petits exploitants sont toujours dans un état permanent d’insécurité alimentaire parce qu’ils ne peuvent pas s’auto-approvisionner suffisamment en denrées alimentaires à cause de leurs revenus limités et les lacunes des marchés. L’auto-approvisionnement en denrées alimentaires joue un rôle important de filets de sécurité pour le ménage. L’insécurité alimentaire des petits exploitants se trouve souvent aggravé à cause d’un partage inéquitable », a indiqué Robert Viaud, président de la PROMODDEV mentionnant que la majorité des petits agriculteurs vivent dans la misère ce qui constitue un obstacle au développement économique. Les petits producteurs contribuent à la sécurité alimentaire malgré les maigres moyens dont disposent. Ils produisent des denrées à la fois pour eux-mêmes, leur communauté et les marchés externes. Pourtant ce sont eux, les petits exploitants qui, constituant la population rurale - ayant des activités agricoles, en majorité, souffrent de la faim et de malnutrition. Les petits producteurs sont considérés par la PROMODEV comme des innovateurs pour la façon dont ils arrivent à la gestion des ressources dont ils disposent. Fort de cela, la PROMODEV préconise dans le cadre de développement de travailler en interaction avec les petits agriculteurs. « Les petits agriculteurs sont des innovateurs. Ils jouent un rôle important dans l’amélioration de la sécurité alimentaire. Ils possèdent des connaissances inestimables sur leur environnement et sont à même d’identifier, de développer et d’affiner des innovations adaptées à leurs besoins spécifiques », se la PROMODEV. Au cours de ce briefing, les panélistes ont abordé deux sujets principaux, l’un relatif aux financements innovants pour l’agriculture, la sécurité alimentaire et la recherche agricole et l’autre à la sécurité alimentaire et nutritionnelle en Haïti, les principaux défis et opportunités. Ils ont réfléchi sur comment intégrer les petits producteurs dans la recherche agricole et parvenir aussi à une innovation centrée sur le producteur. Ainsi dans la mise en contexte, les initiateurs ont présenté les défis pour l’agriculture haïtienne. « Le défi pour l’agriculture est triple : accroître la production agricole, notamment les aliments riches en nutriments, le faire de façon à réduire les inégalités et également inverser et prévenir la dégradation des ressources», lit-on dans le document élaboré par les organisateurs qui sont convaincus que la science et la technologique peuvent jouer un rôle essentiel dans la réponse à ces défis. Selon le chef de cabinet du ministre de l’Agriculture, des Ressources naturelles et du Développement rural, la recherche agricole est un volet du programme triennal 2013-2016 de relance agricole. « Le ministère a formé un groupe de travail dont la mission consiste à aider à l’élaboration d’une politique de recherche pour le secteur agricole. Il y aura aussi prochainement la restauration d’une agence de recherche qui impliquera non seulement le ministère de l’Agriculture et d’autres ministères concernés mais aussi des universités, des organisations non gouvernementales, des agences de coopération technique, etc. Ces entités-là intègrent déjà le groupe de travail constitué », a affirmé Pierre André Paul. Membre du Panel qui a procédé au lancement de ce briefing, Christiane Gagnon, professeure de l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC) a invité les organisateurs et les participants à penser aux changements climatiques. « La variabilité du climat est un facteur direct de changement dans l’utilisation des terres et la production agricole si essentielle et fondamentale à la vie en Haïti », a soutenu Christiane Gagnon, une invitée de marque au quatrième briefing sur le développement organisé par la PROMODEV.

Réagir à cet article