Samedi 25 octobre 2014





NATIONAL
Boston/Visite du Premier ministre Lamothe

Haïti et MIT signent pour une éducation mieux adaptée

Le Nouvelliste | Publié le : 17 avril 2013

Massachussetts Institute of Technology (MIT) de Boston s'engage à mettre à la disposition d'Haïti des professeurs et des outils nécessaires en vue de favoriser l'apprentissage en créole des sciences et des mathématiques. Un accord a été signé en ce sens, mercredi, entre l'Etat haïtien et le MIT au cours de la visite officielle du Premier ministre Laurent Lamothe dans la ville de Boston.

Cet accord porte sur la formation des maîtres en Haïti et l'apprentissage de plusieurs sciences et des mathématiques dans la langue créole. Massachussetts Institute of Technology (MIT) de Boston est une référence mondialement connue. Le Premier ministre compte en profiter pour donner l'occasion à des jeunes haïtiens d'aller étudier dans ce prestigieux institut. « Cet accord nous permettra d'avoir des bourses pour des Haïtiens au niveau de la maîtrise », s'est félicité Laurent Lamothe. Formé, en créole, un enfant haïtien apprend 60 mots par minute contre 25 quand il est formé dans la langue française, selon le professeur Michel Degraff, professeur à MIT et responsable du projet « Kreyol-based and Technology-enhanced STEM education » qui vise à développer et évaluer des outils technologiques en créole pour l'apprentissage des sciences et des mathématique en Haïti. Tout en félicitant la présence du Premier ministre à MIT et la signature de l'accord, Michel Degraff a indiqué au Nouvelliste que l'utilisation des outils dans l'apprentissage des sciences en créole aura beaucoup de bienfaits dans la performance des élèves et étudiants haïtiens. Il a souligné que le protocole consiste à intégrer dans le système éducatif haïtien les outils des nouvelles technologies dans l'apprentissage. Pour le professeur, il n'est pas normal que la majorité des Haïtiens ne parlent que le créole alors qu'ils sont formés dans une autre langue qu'ils ne connaissent pas. « L'apprentissage en français est un obstacle à l'élève haïtien », a-t-il soutenu, arguant qu'on apprend mieux quand on est formé dans une langue qu'on maîtrise. Le ministre de l'Education nationale et de la Formation professionnelle, qui a cosigné l'accord au nom d'Haïti avec les responsables de MIT, a indiqué qu'il entend mettre maintenant l'accent sur la qualité de l'éducation. « Une équipe est constituée avec pour mission de travailler sur l'intégration de la technologie dans l'éducation qui est un élément incontournable dans le renforcement de la qualité de l'éducation dans le pays », a déclaré au Nouvelliste Vanneur Pierre. Il s'est réjoui du fait qu'avec la signature de cet accord MIT s'engage à mettre à la disposition du ministère de l'Education nationale tous les outils dont il dispose dans l'apprentissage et l'enseignement des sciences en créole. Les professeurs de MIT animera également des séances de formation pour des enseignants haïtiens qui, en retour, auront à former d'autres membres du système éducatif. Une journée bien chargée pour Lamothe à Boston Après la signature de cet accord avec le MIT, le Premier ministre s'est entretenu avec des membres de la communauté haïtienne à Roxbury Community College, à Boston. Dans un échange en toute convivialité Laurent Lamothe a exposé à ses compatriotes une sorte de bilan des deux ans du président Martelly à la tête du pays. Très enthousiasmés à connaître les avancées dans la reconstruction du pays et à faire part de leurs frustrations, ces compatriotes non pas manqué de questionner le chef du gouvernement sur un ensemble de points comme, les tarifs douaniers, la sécurité, le fonctionnement de la police nationale, le départ de la Minustah, entre autres. Laurent Lamothe leur a clairement demandé de venir non seulement investir pour ceux qui ont la possibilité, mais aussi de venir faire du tourisme dans le pays. « Nous avons besoin de votre implication dans le développement du tourisme en Haïti. Si seulement 10% des 4 millions d'Haïtiens vivant à l'étranger faisaient du tourisme dans le pays, ce secteur serait très florissant... », a-t-il dit. Le patron de la Primature leur a promis de continuer à créer des conditions visant à améliorer le tourisme dans le pays. Il s'est félicité de la construction de plusieurs hôtels dans le pays. Egalement invité à prendre la parole à Havard University, particulièrement à l'école de droit, Laurent Lamothe est intervenu autour du thème « L'aide au développement contre l'investissement direct privé, quel est le futur pour Haïti? ». Selon lui, Haïti a besoin d'une combinaison des deux pour arriver à un pays émergent en 2030. Mais, a-t-il soutenu, il faut sortir de la dépendance de l'international. Pour ce faire, « on doit redynamiser nos sources de revenus et apporter d'autres sources de revenus... » Un discours très applaudi qui a suscité un ensemble de questions tant du côté des jeunes qui ont certains liens avec Haïti que du côté des étudiants américains qui ont suivi l'intervention du Premier ministre. Il a annoncé la signature d'un accord avec Havard University dans le but de développer des programmes communs basés sur l'éducation et la formation. Il a profité de son passage à cette université pour observer une minute de recueillement à la mémoire des Américains tués à Boston lors de l'explosion de deux bombes. Pour la journée du jeudi 18 avril, Laurent Lamothe va poursuivre son périple aux Etats-Unis où il se rendra à Washington pour parler économie, développement et élections dans le pays. Le Premier ministre aura des rencontres avec les responsables de l'Organisation des Etats américains, de la BID, de la Banque mondiale, du FMI, entre autres.


Robenson Geffrard, Boston

Réagir à cet article












Haut de la page

L'EDITO

Vers un pouvoir de facto

Ce dimanche 26 octobre, des élections auront lieu en Haïti. L'arrêté présidentiel de juin 2014 convoquant le peuple dans ses comices n’ayant pas été rapporté. Les élections du 26 octobre n’auront pas lieu. Tout le monde le sait. Les conditions pour qu’elles se tiennent ne sont pas réunies. Ne l’ont jamais été. Haïti, depuis des années, décroche de tous les prescrits de sa Constitution et des dispositions légales qu’elle s’impose. Les élections nons tenues de ce dimanche ne sont qu'une illustration parmi d'autres. Le Parlement ne sert plus à rien. L’exécutif ne peut rien orienter. Le pouvoir judiciaire est décrié. La société civile pèse peu dans le jeu. Les acteurs politiques signent des accords qu’ils ne respectent pas. Engagent des consultations sans…


la Une du 25 octobre 2014