Vendredi 24 octobre 2014





NATIONAL

Pour une éducation pratique et moderne

Le Nouvelliste | Publié le : 03 avril 2012

Une équipe de sept professeurs du Massachussetts Institute of Technology a organisé deux journées de formation pour de 54 professeurs de biologie et de physique les 29 et 30 mars 2012. Cette initiative vise à rendre l'éducation plus pratique et plus moderne, selon le professeur de linguistique Michel DeGraff.

Grâce au support de la Fondasyon konesans ak libète (FOKAL) et la Faculté des sciences (FDS), des professeurs d'université et d'écoles secondaires ont pris part à neuf heures de formation en biologie et en physique (22 en biologie et 32 en physique). Cette initiative vise à rendre l'éducation plus pratique et plus moderne. « En mettant des techniques et des logiciels à la disposition des enseignants haïtiens, ce projet a également pour objectif de créer des pédagogies basées sur un système de découverte et de favoriser l'apprentissage par l'expérimentation », selon le professeur Michel DeGraff. « Je réalise que le système éducatif de MIT qui est l'une des meilleures écoles de sciences et de technologie, est très différent de celui d'Haïti, », a fait savoir le professeur DeGraff, regrettant qu'en Haïti on ne forme pas les étudiants pour qu'ils puissent être créatifs. « Cet atelier permettra de mettre à la disposition des professeurs les techniques dont MIT se sert pour produire des hommes créatifs, des inventeurs, etc. », a-t-il déclaré, avant d'ajouter « Nous voulons introduire des techniques basées sur des apprentissages actifs. Les élèves apprendront en résolvant des problèmes, en faisant des expérimentations et en discutant.» C'est un projet qui prendra en compte toutes les disciplines que la MIT enseigne, « mais on commence ainsi pour voir comment on pourra mieux faire la prochaine fois. En ce sens, d'autres rencontres de planification suivront entre des recteurs, des doyens et des professeurs », a poursuivi le professeur DeGraff. « Je suis très content. Les professeurs sont conscients des problèmes. Ils sont convaincus que ces techniques vont aider les étudiants à mieux apprendre. Cela me plaît de voir qu'ils savent qu'ils ont besoin de ces techniques », a-t-il conclu. Vijay Kumar, à travers Office of educational innovation and technology, produit des logiciels éducatifs et réfléchit sur les possibilités d'utiliser les technologies en vue d'améliorer l'éducation et la rendre accessible à beaucoup plus de gens. « Nous sommes en train de réfléchir pour voir comment le MIT peut utiliser les technologies pour aider à promouvoir l'éducation en Haïti », a-t-il informé. D'après M. Kumar, une fois réussie, cette expérience servira de modèle pour d'autres pays dans le monde.


Gladimy Ibraïme gibraime@lenouvelliste.com

Réagir à cet article












Haut de la page

L'EDITO

De quoi doit-on s’inquiéter ?

Ce jeudi a été riche d’une actualité chaude. A Petit-Goâve, après des semaines et des semaines d’agitation, les opposants au cartel municipal en poste ont envahi et saccagé la mairie. Ce n’est qu’un épisode de plus sur la longue liste des troubles qui secouent la région des Palmes. Le gouvernement central n’arrive pas à proposer des solutions viables, les belligérants des deux camps ont, semble-t-il, de quoi alimenter leur haine et leurs conflits d’intérêts pendant longtemps encore. Tout cela se passe sur fond de contrôle d’une ville avec en arrière-pensée les prochaines élections. A Port-au-Prince, des élèves de différents lycées de la zone métropolitaine ont gagné les rues pour protester contre la mesure du ministère de l’Education nationale et de la…


la Une du 24 octobre 2014