Solidaires du peuple haïtien, les évêques catholiques demandent aux autorités d’assumer leurs responsabilités

Publié le 2018-07-10 | Le Nouvelliste

National -

Les Evêques de l’Eglise catholique en Haïti fixent la position de la Conférence épiscopale d'Haïti (CEH) sur la conjoncture, dans une note, diffusée ce mardi. La CEH dit suivre avec beaucoup d’attention ce qui se passe dans le pays depuis l’après-midi du vendredi 6 juillet 2018 quand le gouvernement décida d’augmenter le prix du carburant. Les Evêques soulignent que le blocage des 10 départements géographiques qui s’en est suivi a occasionné beaucoup de souffrance, de peine et de pleurs un peu partout.

« Nous déplorons toute la violence qui en est résultée sur les personnes et sur les biens. Cela fait du mal car nous savons combien il est difficile de construire. Détruire, brûler n’a jamais été une solution », écrivent les Evêques catholiques. Ajoutant : « Au contraire cela crée plus de chômage dans le pays et une peur bleue chez tous ceux et celles qui voudraient investir pour générer des emplois. Nous, responsables d’Église, nous ne pouvons en aucun cas encourager quiconque à tuer, détruire, piller et saccager les biens d’autrui et les biens de l’État qui devraient être le bien commun ».

Exprimant leurs condoléances à toutes les victimes de ces derniers événements, les responsables de l’église catholique haïtienne demande aux responsables du pays de prendre leur responsabilité. La CEH en a profité pour appeler à une solution qui puisse conduire le pays à la stabilité, à la paix et au développement matériel, social, économique, culturel et spirituel.

Toutefois, la note rappelle que la réalité d’aujourd’hui est une conséquence de l’irresponsabilité de beaucoup de nos dirigeants. « Nous devons le reconnaître : la population souffre trop depuis des décennies. Le peuple est dans la misère, il est à bout, il n’en peut plus. Il y a longtemps qu’il espère et veut changer sa situation. Pour cela, il veut un pouvoir, un gouvernement qui puisse entendre ses cris de détresse et travailler réellement à son bien-être », précisent les évêques.

Les évêques catholiques, qui se disent solidaires du peuple haïtien dans tous les moments difficiles qu’il connaît et traverse, appellent à un dialogue constructif entre toutes les forces vives du pays. « Nous sommes à un carrefour où nous devons agir de manière urgente comme peuple et décider en tant que tel où nous voulons aller ensemble, déclarent-ils dans la note. Si tous n’y participent pas, il nous deviendra plus difficile de prendre la route de l’avenir et du développement. »

Avec le secours du Seigneur, les signataires de la note, disent être prêts à continuer de faire tout ce qui est possible et en leur pouvoir pour aider le peuple à changer ses conditions de vie. « Nous ne reviendrons jamais en arrière sur cet engagement », font-ils remarquer.

Les évêques catholiques en ont profité pour demander aux membres de la communauté internationale présents en Haïti, qui suivent la conjoncture, de cadrer leur accompagnement avec les vrais besoins de la majorité du peuple haïtien. « Et nous profitons de l’occasion pour les remercier de l’aide déjà apportée au pays et des efforts qu’ils veulent fournir pour qu’Haïti prenne résolument la voie du développement », précise la note en soulignant, au vaillant peuple haïtien, que vengeance, violence, division ne lui apporteront rien. « Vos actions doivent être conduites par l’amour, la réconciliation, la justice et la fraternité. Le Seigneur est avec vous et continue à veiller sur vous par l’intermédiaire de Notre Dame du Perpétuel Secours, patronne d’Haïti », conclut la note de la CEH.

Parallèlement, dans une note séparée, le Nonce apostolique d’Haïti, Mgr Eugene Martin Nugent, estime que les événements qui se déroulent actuellement dans le pays sont préoccupants et mettent à rude épreuve toutes les couches de la société. « Je voudrais en particulier assurer encore de ma proximité et de mon affection à tous ceux qui souffrent et qui sont victimes de cette ébullition sociale qui a été source de perte en vie humaine, de dégâts, de dégradation ou de destruction des biens privés et publics », déclare le Nonce apostolique.

Mgr Nugent appelle, par ailleurs, au dialogue tous les acteurs de la vie nationale en vue d’ouvrir une perspective vers une stabilité sociale durable. « Je souhaite vivement que soient déclenchées des solutions idoines pour un apaisement social profond et constant qui tiennent compte des besoins exprimés par les uns et les autres, afin de préserver la marche d’Haïti vers le développement », précise la note de la nonciature apostolique.

Dans cette perspective, poursuit la note, il est important que chaque acteur de la vie sociopolitique soit convaincu que la promotion de politiques de justice, de solidarité et de service du bien commun est la voie le long de laquelle chaque communauté humaine doit marcher avec confiance si elle veut parvenir à une prospérité toujours plus grande et une paix stable.

Tout en renouvelant ses prières et ses vœux à l’endroit de toute la nation haïtienne et de chaque famille, Mgr Nugent dit espérer un retour rapide à la paix à laquelle aucune société ne saurait renoncer.

Ses derniers articles

Réagir à cet article