Protestations violentes : le CSPJ demande aux pouvoirs publics de redresser la barre

Publié le 2018-07-10 | Le Nouvelliste

National -

À la suite de sa participation à la réunion d’urgence tenue le lundi 9 juillet au Palais national entre les trois pouvoir de l’État, le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire, réuni à l’extraordinaire ce mardi, a fixé sa position sur les conséquences désastreuses résultant des soubresauts socio-politiques enregistrés ces derniers jours et formuler ses points de vue.

Cette réunion s’est révélée stérile. « Le président Jules Cantave a pris part à une rencontre purement protocolaire des représentants des trois pouvoirs de l’État, laquelle réunion n’a duré qu’une vingtaine de minutes sans décision arrêtée », lit-on dans la note du CSPJ signée de Jules Cantave, le président de ce conseil.

De ce fait, le juge Cantave a en profité de rappeler les prérogatives du Conseil du pouvoir judiciaire qui n’est autre que d’administrer le pouvoir judiciaire, de veiller au fonctionnement harmonieux de l’appareil judiciaire, et à la distribution équitable du service public de la justice au bénéfice des justiciables. Par rapport à cette situation, l’obligation est imposée à tous les juges de paix et leurs suppléants d’être disposés et disponibles à toute réquisition relative aux évènements survenus dans le pays ces derniers jours.

Plus loin, par rapport au constat des défaillances ayant conduit le pays à ces évènements malheureux, le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire exhorte les pouvoirs publics au respect et à une meilleure application de leurs prérogatives constitutionnelles et légales, pour le redressement de cette situation tendant à conduire le pays vers le chaos. Ce en vue d’améliorer les conditions de vie de la population.

Ruth Cadet
Auteur
Ses derniers articles

Réagir à cet article