Les nouveaux prix maintenus, le Premier ministre Lafontant appelle au calme et à la patience

Publié le 2018-07-10 | Le Nouvelliste

National -

Le Premier ministre Jack Guy Lafontant, entouré des membres du CSPN, n'a pas annoncé de rétractation du communiqué fixant les nouveaux prix de l'essence à la pompe. Il a, lors de son intervention diffusée en direct à la télévision nationale d'Haïti, souligné que le prix de l'essence est plus cher en République dominicaine qu'ici et a appelé au calme. « Je vous demande de ne pas détruire les biens des gens. Quand on le fait, c'est le pays qui est appauvri. Chaque fois que vous cassez le pare-brise d'un véhicule, c'est un 'malheureux' qui a fait beaucoup d'efforts pour acheter son véhicule que vous appauvrissez. Chaque fois que vous détruisez un magasin, ce sont des emplois que perdent les Haïtiens parce que souvent les propriétaires font faillite et ferment leurs portes.... Le pays est en chantier. Si l'on continue dans la destruction, le pays n'avancera pas », a indiqué le Premier ministre Jack Guy Lafontant qui a aussi, avec insistance, appelé le peuple au calme et surtout à la patience. « Nous travaillons pour changer la vie du peuple », a assuré le Premier ministre Jack Guy Lafontant qui a annoncé le retour d'un ensemble de programmes sociaux dont «Ti Manman Chéri » de l'ère Martelly. « Je vous demande de la patience parce que l'administration a une vision très claire. Elle exécute un programme pour construire 4 000 kilomètres de route dans le pays pendant les prochaines années à raison de 1 000 km par an. Avec la bonne volonté, il y a des résultats dans le reboisement », a mis en avant le Premier ministre Jack Guy Lafontant qui a aussi évoqué les efforts de son administration pour lutter contre la corruption au sein de l'administration publique.

Le chef du gouvernement a indiqué que cette administration exécute son plan avec le cœur à l'ouvrage et le peu de ressources disponibles. Il s'est félicité d'avoir pris des dispositions pour réduire le train de vie de l'État, mais n'a pas dit que, dans le projet de budget 2018-2019, à la rubrique « dépenses courantes », la ligne « Bien et services » est de 29,94 milliards de gourdes contre 20 milliards de gourdes pour l'exercice en cours. Et les prévisions de rentrées sur les produits pétroliers sont passées de 13 milliards de gourdes à 19 milliards de gourdes pour le prochain exercice si le budget est voté sans modification.

De son côté, le chef de la PNH, Michel-Ange Gédéon, a affirmé qu'il y a eu des désordres et des dérapages et la police tant bien que mal s'est montrée à la hauteur. « Nous comprenons que vous avez le droit de protester, de revendiquer, mais nous ne comprendrons pas la violence dans ces mouvements. Nous ne comprendrons pas que vous brûliez les biens des gens, les biens de la police, des commissariats à Carrefour-Feuilles ou dans l'Artibonite », a déclaré le chef de la police. « Il n'est pas normal qu'il y ait des policiers victimes. Il nous a été rapporté qu'un policier a été tué à Delmas 83 au moment où il essayait de rentrer chez lui et qu'on lui refusait de passer » , a-t-il déploré.

« Face à la violence, la police ne restera pas les bras croisés » , a prévenu Michel-Ange Gédéon.

Le gouvernement s'était engagé dans le Staff Monitored Programm à réduire le niveau du déficit public en éliminant la subvention des produits pétroliers. Récemment, une mission d'évaluation du FMI conduite par Chris Walker avait séjourné en Haiti. Le FMI avait salué « l’intention du gouvernement d’éliminer la subvention des produits pétroliers », selon un communiqué informant qu’une mission menée par Chris Walker a séjourné en Haïti du 3 au 15 juin 2018 afin d’avoir des discussions avec les autorités haïtiennes et d'évaluer la mise en œuvre du Staff Monitored Programm (SMP) signé le 25 février dernier.

Si le Fonds croit cette réforme est nécessaire, il n’ignore pas certains de ses effets. Pour mitiger l’impact de la réforme de la subvention des produits pétroliers pour les franges les plus vulnérable de la population, « la mission et le gouvernement se sont mis d’accord sur l’importance de l’implémention de mesures sociales clés », a souligné le communiqué du FMI rendu public le mercredi 20 juin 2018.

Le gouvernement, à travers son ministre de l’Économie et des Finances, dans une lettre adressée à Christine Lagarde, directrice général du FMI, avait indiqué que, dans le cadre du SMP, « les manques à gagner sur les recettes pétrolières, en raison des subventions aux consommateurs, seront éliminés d’ici fin juin avec l’application du mécanisme d’ajustement automatique des prix à la pompe ». « La gazoline va passer de 224 gourdes à 309 gourdes, soit une importante hausse de 38%. Le diesel connaîtra une augmentation de 47%, en passant de 179 gourdes à 264 gourdes. Quant au kérosène, son prix connaîtra une hausse vertigineuse de 51%, en passant de 173 gourdes à 262 gourdes dans les pompes», a annoncé le ministre du Commerce et de l’Industrie (MCI), Pierre Marie Du Meny, accompagné des ministres Jude Alix Patrick Salomon, Stéphanie Auguste, Guyler C. Delva, respectivement titulaires des Affaires sociales et du Travail (MAST) et de la Culture et de la Communication.

D’un coup, le gouvernement a ajouté 85 gourdes sur la gazoline ainsi que le diesel et 89 gourdes sur le kérosène. Samedi, date d'entrée en application des nouveaux prix de l'essence, la rue ne décolère pas.

Ses derniers articles

Réagir à cet article