Haïti/Infrastructures

L’étude du projet RIAT-Sud restituée

Les experts ayant conduit l’étude du projet Régions intégrées d’aménagement touristique du Sud (RIAT-Sud) ont présenté mardi les résultats. Selon les précisions des autorités, des trois cents sites identifiés, 63 sont retenus et seront sous peu aménagés. Ce qui identifiera cette région comme l’une des principales destinations touristiques du pays.

Publié le 2018-07-05 | Le Nouvelliste

Economie -

Ils étaient nombreux à prendre part à la cérémonie de restitution de l’étude. Les élus du département du Sud n’ont pas voulu rater une telle activité. En plus des présentations magistrales, des travaux en groupes ont été réalisés afin de recueillir les points de vue des élus et des membres du secteur privé présents pour la circonstance sur les différentes propositions formulées par le consultant, notamment en ce qui a trait aux choix des produits phares, aux circuits touristiques prioritaires ainsi qu’à l’identité visuelle de la destination Sud.

Le RIAT-Sud, selon les responsables, vise à mettre en valeur les richesses de toutes les zones côtières de la région Sud. Il s'étendra d'Aquin à Port-à-Piment et est divisé en deux grandes composantes : infrastructures et renforcement des capacités du secteur touristique.

Selon Christine Stephenson, la coordonnatrice de la composante Tourisme côtière durable, le ministère de l’Économie et des Finances, à travers son Unité technique d’exécution, est responsable des hautes œuvres. Le travail confié à cette institution est de renforcer les infrastructures du département dans l’optique de proposer la destination au monde entier. À ce niveau, explique-t-elle, plusieurs travaux sont déjà programmés. Ces derniers concernent à la fois les attraits naturels, historiques et culturels. Car, explique la coordonnatrice de la composante I, c’est par les infrastructures que les sites pourront être accessibles.

Si l’on en croit madame Stephenson, tout est pratiquement prêt pour la réhabilitation de la place d’Aquin. « Dans le département du Sud, cette ville a des attraits culturels de premier ordre », assure-t-elle en citant, entre autres, le festival qui se tient annuellement dans cette partie du pays. Mais ce n’est pas le seul attrait touristique qui nécessite des retouches. Christine Stephenson parle également de la reconstruction du bord de mer des Cayes. Le but est de rendre plus attractif cet espace afin d’attirer les gens.

Sans vouloir être exhaustive, la présentatrice confie que tout un ensemble d’infrastructures seront réhabilitées afin de faire de cette région une destination spéciale. La réhabilitation de la plage de Gelée, de la plage Pointe-Sable, de la Cascade Touyac sont parmi les sites mentionnés. Des travaux qui figurent parmi les principales priorités du ministère du Tourisme et des Industries créatives.

La ministre du Tourisme, Émilie Jessy Colombe Ménos, croit que c’est un grand pas qui vient d’être franchi. Le vœu de l’administration en place, fait-elle savoir, est de faire du tourisme un moteur de développement. À travers ce projet, poursuit la ministre, l’État est en train de favoriser les investissements dans cette partie du pays. Elle encourage le secteur privé à investir dans ces lieux afin de créer des emplois valorisants dans cette partie du pays. Le transport, l’hébergement, le loisir et la restauration sont des piliers sur lesquels repose le tourisme. Tous ces sous-secteurs, affirment Madame Ménos, sont des pourvoyeurs d’emplois de premier ordre.

Aussi, confie la ministre, le tourisme est le seul secteur dans le monde qui affiche une croissance continue depuis les trente dernières années. Presque toutes les îles voisines font de ce secteur un moteur de développement non négligeable. Pour ce qui est des attraits, soutient-elle, le pays n’a rien à envier à ces pays voisins.

Les sites naturels, historiques et culturels ne manquent pas en Haïti. L’histoire du pays est fascinante. Avec ce projet, le Sud a une chance de mettre en valeur ses potentialités. Financé par la Banque interaméricaine de développement (BID) à hauteur de 36 millions de dollars, ce projet se propose de faire de la région l’une des principales destinations touristiques du pays. Pour ce faire, de l’avis du ministre de l’Économie et des Finances, Jude-Alix Patrick Salomon, il faut que les populations locales commencent par donner le ton en appréciant à leur juste valeur les monuments et les sites respectifs.

Jose Flecher
Auteur
Ses derniers articles

Réagir à cet article