Exposition de peinture | Kinam I

Marie-Marthe Louissaint, une incitation à rêver

Publié le 2018-06-07 | Le Nouvelliste

Culture -

Marie-Marthe Louissaint a exposé ses oeuvres, plus de vingt ans de travail assidu, à Kinam I, du 25 au 27 mai 2018, à l’occasion de la fête des Mères. Ce show fait découvrir une constante dans sa production: elle aime peindre les femmes, les fleurs, et les natures mortes. Sa peinture nous enchante le regard.

Ce culte de la nature lui vient-il de ses mentors : Valcin II et Ralph Allen?

Elle nous a confié qu’elle a suivi des séances de formation artistique, en même temps, chez Valcin II à Delmas 75 (en sa résidence) ou à Pétion-Ville, à la rue Rigaud (à sa galerie d’art) et à Puits-Blain, chez Ralph Allen. Les deux formateurs ont conjugué, nous a-t-elle dit, leur enseignement comme "un supplément d’âme”, en son être avide de connaissances en art.

Avec le peintre des boat-people, elle a appris à soigner son travail, à cultiver l’esthétique, et à pratiquer la rigueur, tandis que Ralph Allen lui a montré comment aimer la nature, voir «la nature humaine» comme les grands de «l’esthétique de la beauté». Il a toujours insisté sur le respect du travail fini.

Après plus de vingt ans de pratique, la leçon du maître de Puits-Blain est incarnée dans sa mémoire.

Chez Valcin II, nous insistons, je dispensais un cours en psychologie de l’art auquel elle a pris part. Je valorisais, par exemple, le choix des matériaux de travail d’un artiste; comment y ajouter ses propres impulsions. Elle me posait souvent des questions pour éclairer sa lanterne.

Cette attitude interrogative marqueencore son style; ses toiles, des portraits de femmes ou des natures mortes, accentuent le côté travaillé de son art.

Marie-Marthe Louissaint s’investit dans sa peinture. Elle n’a pas perdu l’habitude de pratiquer l’art du dessin, dans son jeune âge, sous la direction de sa mère. Pour celle-ci, comme une designer, elle créait des modèles que maman allait vendre au marché en fer. Elle est bien habituée à ciseler des oeuvres d’art.

Chez les deux aînés, elle a trouvé l’échauffement nécessaire pour continuer à peindre. Elle a déjà réalisé plusieurs expositions dans nos galeries d'art. Cette fois-ci, elle a exposé une bonne soixantaine de toiles à l'hôtel Kinam I, près de la place St-Pierre.

Marie-Marthe Louissaint, quel talent! Le choix de ses couleurs me touche. Des couleurs qui nous portent à rêver.

Wébert Lahens webblahens@yahoo.fr Auteur
Ses derniers articles

Réagir à cet article