Décès

Léon François Hoffman, un véritable intellectuel est parti

Le vendredi 25 mai dernier, alors qu’il souffrait pendant longtemps d’un cancer de l’œil, le spécialiste en culture et littérature haïtiennes Léon François Hoffman, 86 ans, a finalement cassé sa pipe dans son sommeil. Très grande connaissance d’Emmelie Prophète, la récente invitée d’honneur de la 24e édition de Livres en folie ne cache pas sa peine quant à la mort de cet homme, mais avoue aussi que ce dernier souffrait trop et qu’il fallait qu’il s’en aille.

Publié le 2018-06-07 | Le Nouvelliste

Culture -

L’aventure a démarré entre Emmelie et Léon en 2006. Ils ont d’abord développé ce rapport virtuel que tout auteur entretient avec son lecteur, pour ensuite se rencontrer pour la première fois à New York dans le cadre d’’un colloque organisé pour la journée du livre haïtien. Les deux auteurs ont encore eu la chance de se retrouver plusieurs fois, notamment en République dominicaine à l’occasion du centenaire de Jacques Roumain. « Il aimait l’enseignement et j’admirais beaucoup sa capacité à se plonger dans le travail », affirme Mme Milcé qui décrit le défunt comme quelqu’un de très solide.

« Écrivain, spécialiste de la littérature et de la culture d’Haïti, Léon François Hoffman obtient un PH. D. en 1959 et devient enseignant au département de français et d’italien aux États-Unis. En plus de se consacrer à l’histoire de la littérature romantique en France, il a supervisé l’édition du roman Georges, d’Alexandre Dumas père et de là pièce de théâtre Toussaint Louverture d’Alphonse de Lamartine. Professeur de littératures française et haïtienne, son ouvrage le plus célèbre est « Le nègre romantique: personnage littéraire et obsession collective » chez l’éditeur Payot en1973. Ce livre a été couronné par l’Académie française. En 2003, Léon François Hoffmann a coordonné l’édition des œuvres complètes de Jacques Roumain. Plusieurs de ses ouvrages sont publiés chez les Presses universitaires de France. Il a reçu le prix Gilbert Chinard pour « Le roman haïtien » en 1982. »

Léon François Hoffman a réalisé un très grand travail sur les œuvres de Jacques Roumain. Son intérêt pour la littérature haïtienne lui a valu quelque fois des controverses avec certaines personnalités du terroir, notamment Lyonel Trouillot, si on en croit les dires d’Emmelie. Mis à part son travail relatif aux œuvres de Roumain, Léon a publié chez Mémoire d’Encrier un essai de 224 pages consacré à Fréderic Marcelin, « Un Haïtien se penche sur son pays ». Un ouvrage qui, selon Emmelie, n’est pas vraiment apprécié à sa juste valeur.

Dorénavant, on parle certes de Léon comme d’un défunt, mais pour Emmelie, il restera toujours vivant. Un savant ne meurt pas.

Darline Honoré darlinehonore1324@gmail.com Auteur
Ses derniers articles

Réagir à cet article