La petite Émilie

Livres en folie

Publié le 2018-07-11 | Le Nouvelliste

Culture -

Publié aux États-Unis en avril 2018, plus précisément à Miami, La petite Émilie est le dernier recueil du poète Benjamin Noël. Avec 88 pages, l’auteur nous livre ses impressions, son vécu, sa joie, ses peines, bref, son monde imprégné d’une adolescence assez délicate. Car, à 16 ans, il était devenu paraplégique. Un handicap avec lequel il est condamné à vivre pour le reste de sa vie. Il avoue que ce handicap se révèle sa principale source de réussite.

« La petite Emilie », un poème à la page 31, titre éponyne est l’histoire d’une fillette, orpheline, livrée à elle-même dans une société qui ne lui facilite pas la vie.

« Par un matin de soleil où le ciel

Reprenait sa couleur,

Du loin, j’ai vu pleurer

Une petite merveille, qui :

Vêtements déchirés

Pieds nus

Cœur brisé

Sans aucune destination sillonnait la ville… »

À la page 24, le poète nous parle de son « Illusion d’amour ». Dans un style simple, il agence ces mots pour accoucher ses plus profondes pensées.

« Comme la paille emportée par le vent

Traînant dans la poussière

Comme l’oiseau blessé qui recherche son nid

Et tu penses déjà à ton autre monde

D’où le vin parfumé ne te manquera pas,

Mais tu oublies complètement que le bonheur espéré

N’est pas toujours là où l’on croit. »

Benjamin Noël témoigne de sa nostalgie patriotique. Il décrit une Haïti qui, jadis, était fière de ses fils, s’est attristée du comportement de la nouvelle génération.

« Je t’ai vu pleurer

Corps et âme, tes enfants immolés

Tes pleurs font de toi une mère chagrine

Qui ne sait à qui crier ;

Tes fils aujourd’hui ne sont plus ceux d’autrefois.»

Par ailleurs, outre son amour pour la patrie et son regard sur la domesticité, le chagrin personnel prend chair à travers « Spleen », page 54.

« Je me sens seul dans mes idées

Seul dans mes rêves ;

Je me sens seul dans mes souffrances.

Mes rires ne sont que pleurs et tourment

Je ne suis qu’un homme oublié. »

Toutefois, l’auteur ne cache pas sa croyance religieuse. Il remercie Jésus dans le premier poème et rend gloire à Dieu dans le tout dernier. Le poète sera à Livres en folie le 31 mai et le 1er juin pour signer non seulement La petite Émilie, mais aussi deux autres ouvrages publiés antérieurement, à savoir "Gratitude" et " Rankont".

Michelet Joseph micheletjoseph93m.j@gmail.com Auteur
Ses derniers articles

Réagir à cet article