Enquête/ Centres GHESKIO

Haïti présente le taux le plus élevé d'AVC de la région caraïbe

Publié le 2018-05-16 | Le Nouvelliste

National -

« Haïti fait face à une épidémie des maladies chroniques non transmissibles ». C’est ce qu’a révélé une enquête menée entre 2016 et 2017 par les Centres GHESKIO dans quatre bidonvilles de l’aire métropolitaine. Il s’agit de Cité l’Eternel, Cité Plus, Cité de Dieu et Martissant. Les résultats ont été présentés mardi aux autorités sanitaires et aux membres de la société civile à l’occasion du lancement de la caravane pour la promotion des comportements sains.

De toute la région des Caraïbes et des Amériques, Haïti présente le taux le plus élevé des accidents vasculaires cérébraux (AVC). L’âge médian de ces accidents est de 52 ans, soit 10 fois moins que les pays développés.

« Les maladies cardiovasculaires constituent donc les premières causes de mortalité chez les adultes, dépassant largement le VIH/sida », a précisé le Dr Patrick Joseph des Centres GHESKIO, indiquant que le taux de létalité chez les adultes dans ces zones est de 13 pour 1 000 et chez les enfants, il est de 8,2 pour 1 000.

Selon le médecin, l’objectif de cette étude a été de décrire la population de ces quatre bidonvilles en précisant tant les caractéristiques démographiques que socioéconomiques et de mesurer les facteurs de risques cardiovasculaires : l’hypertension artérielle, l’obésité, le tabagisme et le diabète. La tranche d’âge retenue a été celle de 18-30 ans. Il s’agissait de faire une enquête transversale populationnelle en évaluant 500 ménages, soit 900 individus de façon aléatoire.

Les résultats révèlent que 24% de ces jeunes sont hypertendus, 28% souffrent d’une anxiété sévère et 38% sont obèses, particulièrement les femmes, et 26% présentent une détresse psychologique.

« Nous sommes vraiment interpellés face à ces résultats. 50% sont des jeunes âgés entre 18 et 30 ans qui sont touchés par ces maladies non transmissibles. Ils sont pauvres et en insécurité alimentaire », a martelé le Dr Patrick Joseph, qui fait remarquer que l’hypertension artérielle est le premier facteur de risque prédominant des maladies cardiovasculaires.

La survenue précoce de l’hypertension artérielle est due à plusieurs facteurs selon le médecin. La dépression mentale, le stress, l’insécurité alimentaire, la marginalisation et l’isolation associés à l’insalubrité, la consommation du sel constituent des facteurs favorisant l'apparition de ces maladies non transmissibles. L’exposition au plomb n’est pas en reste. Elle fait grimper de façon anormale les chiffres tensionnels.

« Il est unanimement prouvé que la dépression augmente de quatre fois plus l’infarctus du myocarde. Et, parallèlement, les risques de décès par crise cardiaque accroissent », a renchéri le médecin, soulignant qu’en Haïti la prévalence de la dépression se situe autour de 40%.

« La prévention primaire est importante tout aussi bien que le dépistage et le traitement des maladies chroniques. Celles-ci constituent un besoin urgent en santé publique », a déclaré le médecin.

L’étude a été conduite conjointement avec l’Institut haïtien de statistiques et d’informatique (IHSI) et l’Institut haïtien de l’enfance (IHE).

Ses derniers articles

Réagir à cet article