Haïti: Vers la relance du secteur cotonnier

Publié le 2018-05-16 | Le Nouvelliste

Economie -

Port-au-Prince, le 15 mai 2018 - La FAO, le Ministère de l'Agriculture des Ressources Naturelles et du Développement Rural (MANRDR) et l'Ambassade du Brésil en Haïti à travers l'Agence Brésilienne de Coopération (ABC) ont organisé le 3 mai à Port-au-Prince un atelier visant à identifier de manière conjointe les priorités du Gouvernement haïtien pour le secteur cotonnier ainsi que les acteurs clés qui pourraient contribuer à la relance dudit secteur à travers une Coopération Sud-Sud Trilatérale Haïti-FAO-Brésil.

Dans les années 1950, des variétés de coton brésiliennes sont arrivées en Haïti, favorisant ainsi le développement du secteur. Mais alors que le coton figurait au quatrième rang des exportations agricoles du pays, sa culture a été abandonnée depuis la fin des années 1980, entre autres dû à des problèmes de parasites agricoles, en particulier le charançon du coton (Anthonomus grandis). Tout récemment, le gouvernement haïtien a exprimé son intérêt à relancer et développer le secteur, avec le soutien de la Coopération Internationale.

Madame Cecilia Malaguti do Prado, Coordinatrice Générale de la Coopération Sud-Sud trilatérale avec les organismes internationaux au sein de l'ABC, qui a présenté les principes de la coopération Sud-Sud trilatérale, a indiqué que les expériences positives du retour à la culture du coton dans certains pays de l'Amérique latine, tels que la Bolivie, la Colombie, le Pérou, l'Equateur et le Paraguay, laissent augurer qu´une telle démarche serait également couronnée de réussite en Haïti ; tant ces pays présentent beaucoup de similarités. Le coton est très résilient dans la mesure où il peut se développer dans des zones où la culture d'autres plantes, notamment vivrières, est difficile. En outre, les experts présents, dont M. Emmanuel Prophète du MARNDR, ont insisté sur la nécessité de prendre en compte les leçons du passé pour développer le secteur cotonnier en identifiant plusieurs acheteurs potentiels.

Mme Adriana Gregolin, coordinatrice régionale du Projet Algodón (Au-delà du Coton) de la FAO, a indiqué qu'une analyse préalable du secteur a établi l´existence d´un potentiel pour l´exportation en plus du marché local. Elle a ajouté que l'un des principaux défis pour relancer la production de coton en Haïti est l'approvisionnement en semences et la formation de spécialistes et de producteurs pour la culture du coton durable.

Une mission composée d´experts de la FAO, de l'ABC et de l’Entreprise Brésilienne de Recherche Agricole (EMBRAPA) est prévue en juillet prochain en vue de travailler avec le MARNDR et les producteurs à l´élaboration du projet de relance du secteur cotonnier en Haïti.

Le jour précédent l'atelier, le ministre de l´Agriculture des Ressources Naturelles et du Développement Rural, M. Jobert C. Angrand, avait accueilli, en présence du représentant de la FAO en Haïti, M. Nathanael Hishamunda, la délégation brésilienne. Il a réitéré l´intérêt du gouvernement haïtien à redynamiser le secteur cotonnier. De son côté, M. Hishamunda a renouvelé l'engagement de la FAO à accompagner cette initiative.

Le Projet Algodón est actuellement mis en œuvre dans les pays suivants: Paraguay, Pérou, Bolivie, Colombie, Equateur et Argentine. En fonction des différentes phases d'exécution respectives, ces projets soutiennent le développement durable du secteur cotonnier et de l'agriculture familiale, dans une perspective de renforcement de la chaîne de valeur du coton, des capacités nationales publiques et privées et visant à la construction du processus de développement territorial, avec la collaboration d'un réseau d'institutions nationales et brésiliennes pour l'innovation technologique et sociale du secteur.

FAO-Haïti Auteur
Ses derniers articles

Réagir à cet article