ÉLiminatoires Coupe du monde de football féminin de la Fifa/France 2019 : 1er tour

Adieu France 2019 pour Haïti

En concédant un nul 2-2 dimanche soir au stade Sylvio Cator face à la Jamaïque, la sélection nationale senior de football féminin dit adieu à la Coupe du monde France 2019.

Publié le 2018-05-14 | Le Nouvelliste

Sport -

Le 2-2 qui a sanctionné les débats entre Haïti et la Jamaïque sous l’arbitrage étonnant de Mme Skeete Maureen Urane de la Guyane ruine les rêves de la sélection nationale senior de se qualifier enfin pour une phase finale de Coupe du monde.

Les larmes aux yeux, Soveline Beaubrun, capitaine blessée, donc indisponible pour la sélection nationale de football féminin, Isnada Lebrun, ailier également indisponible pour la sélection nationale A, Dolores Thomas, milieu récupérateur non retenue, Madelina Fleuriot, gardienne de la sélection nationale U-17 ainsi que plusieurs filles de la sélection nationale U-17 et les U-15 féminins, en spectatrices de la rencontre, quittent la barrière centrale des tribunes du stade Sylvio Cator.

Après avoir mené 2-0 à trois minutes de la pause, la sélection nationale haïtienne a finalement concédé un nul 2-2 face à la Jamaïque dimanche soir, un nul synonyme d’élimination de la course à la qualification pour la Coupe du monde de football féminin France 2018.

Dès l’entame, les Jamaïcaines ont montré que la tâche ne serait pas facile face à une sélection nationale haïtienne composée de joueuses très jeunes et par conséquent plus frêles que leurs homologues jamaïcaines. Pire, le comportement d’ensemble de la formation antillaise révèle que le staff technique a bien lu le jeu de l’équipe haïtienne, ce qui fait qu’elles ont souvent coupé la trajectoire des balles de l’équipe haïtienne pour s’en servir comme arme contre elle. Si Jennyfer Limage et Emmeline Charles ont fait un excellent travail en défense centrale, si Dougenie Tabitha Kerby Joseph et Melchie Daelle Dumornay ont été excellentes à la récupération, Batcheba Louis, convertie en meneuse de jeu alors qu’elle est attaquante, Mikerline Saint-Félix revenue de blessure et du coup qui manque de rythme, Roseline Eloissaint, bonne technicienne mais qui s’est souvent retrouvée au sol parce qu’elle faisait face à des adversaires très costaudes et qui ne lésinaient pas sur les moyens pour l’arrêter, ont eu moins de succès. Si l’on tient compte du fait que toutes les passes longues de Kethna Louis ont été interceptées, il a fallu un coup de génie de Melchie Daelle sur cette passe lumineuse de Jennyfer Limage pour ouvrir la marque (24e) et un Sherly Jeudi inspirée pour profiter de la patate chaude relâchée par la gardienne Chris-Ann Chambers (42e) pour permettre à Haïti de mener 2-0.

L’euphorie du second but a un peu déconcentré l’équipe haïtienne qui encaisse son premier but de la compétition une minute avant la pause, avant que Khadija n’égalise sur coup franc juste après l’heure de jeu (65e) après une faute de Kethna Louis. Les Jamaïcaines n’ont plus eu qu’à faire passer le temps avec la complicité d’une arbitre naïve ou sotte, pour se qualifier pour le tour suivant.

À la sortie des vestiaires de l’équipe haïtienne, Roseline Eloissaint sort la tête basse, Sherly Jeudi, attaquante de la sélection nationale U-20 et auteur du 2e but de la sélection nationale de football féminin contre la Jamaïque, a les yeux remplis de larmes, ses coéquipières sortent, elles, la tête basse comme des enfants fautives. Elles n’ont pas perdu, mais elles ont raté leur mission : se qualifier pour la phase suivante des éliminatoires sous les yeux de plus de dix mille spectateurs, dont le président de la République, Jovenel Moïse, son prédécesseur, Joseph Michel Martelly, la ministre des Sports, Régine Lamur, et de plusieurs autres personnalités qui ont voulu être de la fête.

Les journalistes ont attendu longtemps le sélectionneur trinitéen de l’équipe haïtienne, Stephan Defour, pour la conférence de presse d’après-match. Certains ont même cru qu’il s’était enfui pour éviter la colère des médias. Parce que justement, pendant les 270 minutes qu’a duré cette première phase de la compétition pour l’équipe haïtienne, on n’a pas senti la patte de l’entraîneur sur l’équipe. Certes, on sent qu’il a un plan de jeu, mais il laisse l’impression d’être incapable d’intervenir en cours de match et faire profiter à son équipe d’une faille observée dans la formation adverse.

« Je suis désolé que cela se termine ainsi. Nous avons fait ce que nous pouvions pour passer cette première phase, mais nous avons échoué. Nous remercions les spectateurs qui avaient fait le déplacement et nous leur demandons de ne pas perdre confiance en nous. Nous avions en face de nous une équipe plus physique et plus expérimentée. Nous sommes jeunes et nous avons le talent pour offrir de meilleurs matchs à nos fans à l’avenir », reconnaît la capitaine Batcheba Louis, la seule à ne pas être effondrée parmi les joueuses de la sélection nationale que nous avons pu voir après le match.

« Le but que nous avons marqué juste avant la pause nous a remis dans le match », reconnait le sélectionneur jamaïcain, Menzies Hue, qui a su montrer qu’il à sa patte sur son équipe.

« Ne croyez pas que le fait pour moi de ne pas être haïtien fait que je ne sois pas tout aussi triste que chacun de vous. Je suis un entraîneur et par ricochet un compétiteur et pour un compétiteur perdre fait toujours mal. Comme je vous l’avais dit, cela fait 2 ans depuis que la sélection nationale senior n’a pas joué. C’est donc une sélection en construction, et construire une équipe demande de la patience. Nous sommes tristes du fait que nous ne nous parvenons pas à nous qualifier là. Mais c’est une équipe d’avenir et je suis très fier de mes joueuses. Prenez patience, nous avons les éléments pour construire une grande équipe », a en substance fait savoir le sélectionneur national, le Trinitéen Stephan Defour.

Enock Néré
Auteur
Ses derniers articles

Réagir à cet article