MENFP : 500 enseignants ont reçu leur lettre de nomination

Publié le 2018-04-16 | Le Nouvelliste

National -

À côté des problèmes engendrés par les arriérés de salaire, la présence de plusieurs centaines d’enseignants travaillant sans lettre de nomination a été depuis toujours l’épée de Damoclès qui gangrène le secteur éducatif haïtien. Aujourd’hui, sur 2 300 lettres en signature, le ministère de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle (MENFP) a remis 500 lettres de nomination à un total de 6 lycées du Nord et 1 de l’Ouest, dont les lycées Boisrond Tonnerre, des Jeunes Filles du Cap-Haïtien, Paul Eugène Magloire de Quartier Morin, Sainte-Philomène, Anténor Firmin de Petite Anse et Duvivier de Cité Soleil. Dans le but de soigner définitivement cette plaie, Jackson Pléteau, le directeur de cabinet (DC) du ministre Pierre Josué Agénor Cadet, a annoncé pour bientôt de nouvelles distributions pour le reste du pays.

Les élèves du lycée Duvivier de Cité Soleil et ceux du Sibert de Marin avaient gagné le macadam pour exiger la nomination des enseignants qui travaillent depuis plusieurs années sans leur lettre de nomination.

C’était le même cas de figure dans le nord du pays, particulièrement au Cap-Haïtien. Les enseignants de plusieurs lycées du département du Nord avaient abandonné leurs salles de classe. Venus à la rescousse de ces éducateurs, plusieurs centaines d’élèves des lycées du Nord avaient gagné les rues de la deuxième ville du pays. Une situation qui avait même provoqué des affrontements entre certains élèves des écoles publiques et ceux des écoles non publiques.

Le ministère de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle, à en croire le DC Jackson Pléteau, a la volonté de résoudre définitivement ce problème. « On a pris du temps, mais nous sommes arrivés à remettre 500 lettres aux représentants de ces lycées présents. Dans les jours à venir, nous allons faire de même pour les autres cas qui sont encore en signature », a déclaré Jackson Pléteau lors de cette conférence de presse. Pour justifier la lenteur de la nomination, Jackson Pléteau a expliqué que certains enseignants font usage de faux papiers dans leurs dossiers.

« Certains dossiers soumis par les enseignants étaient truffés d’irrégularités. Ils ont soumis de faux diplômes de fin d’études secondaire et universitaires», a-t-il souligné, avant de lancer un avertissement avec autorité: « Personne n’est autorisé maintenant à investir une salle de classe sans avoir en main un acte administratif. Et personne ne doit envoyer quelqu’un travailler à sa place. Désormais, la solution à ce problème est enfin trouvée.»

Pour sa part, le censeur du lycée Boisrond Tonnerre du Cap-Haïtien, qui a pris la parole au nom des autres responsables venus du Nord, se dit satisfait. « Je souhaite que le processus continue et que les autres enseignants reçoivent aussi leur précieux document. Je demande aux collègues enseignants de ne plus recourir à la grève, car nous sommes arrivés presque à la fin de l’année académique. Nous avons foi en la volonté du ministre », a fait savoir Jn Clodel Romulus, qui a reçu pour son lycée 33 lettres de nomination.

Dans la même veine, le directeur du lycée Duvivier de Cité Soleil, Josaphat Charles, a félicité le ministère de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle qui a manifesté sa volonté de résoudre ce problème d’enseignants travaillant sans lettre de nomination. Il dit croire que les autres lettres vont arriver promptement.

Par ailleurs, pour combattre le phénomène de la sous-traitance dans le secteur, les responsables d’établissements publics présents ont signé une déclaration d’engagement avec le MENFP.

Ses derniers articles

Réagir à cet article