«Haïti 1986-2016 : Trente ans de mauvaise gouvernance», en débat au CRESFED

Dans l’objectif de faciliter le débat entre auteurs et lecteurs autour du livre, le Centre de recherche et de formation pour le développement économique et social (CRESFED) organise depuis plusieurs semaines une série de débat sur des ouvrages triés sur le volet. Un moyen pour le centre de permettre aux auteurs de dégager les idées élaborées dans leurs ouvrages, mais aussi d’interagir avec le public sur des questionnements ou controverses que peuvent susciter ces idées. Le mardi 10 avril 2018, ce fut le tour du journaliste et écrivain Lemoine Bonneau d’entraîner l’auditoire dans cette balade littéraire mais surtout historique, avec son ouvrage titré « Haïti 1986-2016 : trente ans de mauvaise gouvernance ».

Publié le 2018-04-13 | Le Nouvelliste

Culture -

Sur un panel constitué de l’historienne Suzie Castor, Willy Kénel-Pierre, du sociologue Jacques Jean Vernet et du professeur Roody Edmé, M. Bonneau semblait être bien entouré ; ce que sans doute traduisait le sourire, quoique faible, qu’il avait au coin des lèvres tout au long de l’activité.

Calmement, avec des mots bien choisis, Mme Castor a donné le coup d’envoi de cette rencontre littéraire, suivi de M. Kénel-Pierre qui a si bien campé l’auteur de l’ouvrage dans sa biographie. Lemoine Bonneau, un nom qui a fait tâche d’huile, que ce soit dans les médias ou dans l’administration publique haïtienne, use à présent de sa plume pour pénétrer les sautillements de l’histoire haïtienne et les présenter à son lectorat à la lumière de son savoir journalistique. Une analyse des faits politiques et sociaux qui se sont déroulés de 1986 à 2016, « trente ans de mauvaise gouvernance » est cet ouvrage pouvant servir de guide pour ceux qui se sont longtemps perdus dans les entrelacs du récit historique haïtien, et d’aide-mémoire pour les amnésiques historiques.

Pour M. Vernet, l’un des commentateurs, cet ouvrage représente une chronique des soubresauts de l’histoire d’Haïti, un travail de journaliste avec une dimension historique non négligeable. Ne tarissant pas d’éloges pour les qualités de l’auteur en tant qu’éditorialiste, c’est avec tact mais aussi véhémence qu’il souleva son désaccord par rapport à l’hypothèse posé par M. Bonneau dans son ouvrage : « Le pays a été avili sur la scène internationale en raison de la gestion catastrophique de ces trois présidents élus pendant ces vingt-six dernières années. Il s’agit de Jean-Bertrand Aristide, René Préval et Michel Martelly ». Le sociologue entend mal que la notion de mauvaise gouvernance soit exclusivement attribuée à ces trois chefs d’Etat. « Que dire de nos élites, de l’armée et des traditions autoritaires en Haïti ? », questionne-t-il. Interrogation à laquelle l’auteur a répondu avec sang-froid, en se référant au non-respect de la loi de la part des trois concernés, à l'absence de programme économique et de plan de développement pendant l'exercice de leur pouvoir.

Le professeur Edmé, pour sa part, trouve son plaisir dans la structure de l’ouvrage. « C’est un texte assez bien documenté avec un habillage très simple », épilogue-t-il. « Pas d’analyse sociologique profonde, mais le livre nous plonge dans cette histoire à la fois excitante et angoissante », ajoute-t-il. En effet, des turbulences du régime duvaliériste aux différentes formes qu’ont prises les pouvoirs qui ont suivi, qualifiés de démocratiques, « Haïti 1986-2016 trente ans de mauvaise gouvernance » fait montre d’une farouche épopée du récit historique haïtien, empreint d’un fort lyrisme, d’un éditorialiste avéré. « Un livre que je recommande à tous », déclare le professeur Roody Edmé.

« Haïti 1986-2016 trente ans de mauvaise gouvernance » : Que dire des 30 ans à venir ? A moins de faire un saut dans le futur, on ne peut qu’espérer.

Darline Honoré darlinehonore1324@gmail.com Auteur
Ses derniers articles

Réagir à cet article