La formation des femmes dans les TIC, une préoccupation pour le CONATEL

L’égalité des sexes et l’autonomie des femmes représentent de grands défis pour le milieu haïtien. Pour transformer cet état de fait, le Conseil national des télécommunications (CONATEL) a organisé jeudi une activité à l’hôtel Le Plaza en vue de commémorer cette journée. Marquée par une séance de formation entrepreneuriale pour les femmes, cette activité a été l’occasion pour le CONATEL de redynamiser l’implication des femmes dans la société de l’information.

Publié le 2018-03-08 | Le Nouvelliste

Economie -

Réalisée sur le thème « Technologie de l’information et de la communication (TIC) et entrepreneuriat des femmes », cette cérémonie a eu lieu en présence de Jean David Rodney, directeur général du CONATEL, Frantz Fortunat, directeur général du Centre haïtien de promotion sociale (CHAPS), Daniella Jacques du Chambre de commerce des femmes entrepreneures d’Haïti (CCFEH) et d’autres organisations de femmes évoluant dans le pays.

Interpeller les organisations de femmes à l’idée que les technologies de l’information et de la communication peuvent aider ces dernières à développer une attitude entrepreneuriale a été, en grosso modo, l’objectif de cette journée de commémoration organisée par le CONATEL. Pour Jean David Rodney, directeur de cette institution, cette cérémonie fait suite aux activités déjà entreprises par le CONATEL lors du Salon de l’économie numérique. Cette activité, à en croire Jean David Rodney, avait inclu des organisations de femmes afin de mettre en valeur leurs capacités dans le but de travailler dans l’économie numérique.

« La question du statut des femmes dans les Technologies de l’information et de la communication (TIC) devrait être prise en compte », scande le directeur Jean David Rodney ajoutant qu’un projet de mise en capacité et d’autonomisation des femmes est en phase d’exécution avec l’appui considérable du bureau de la première dame. « Ce protocole d’accord avec le CHAPS a pour objectif d’agir efficacement avec les organisations de femmes pour leur implication dans le développement des techniques de l’information et de la communication », a-t-il précisé lors de son intervention. Conscient du déficit de moyens en termes de savoir-faire en matière technologique, Jean Rodney David croit que cet accord peut faciliter le développement socioéconomique et culturel des femmes qui ont de l’intérêt pour les TIC.

Selon Frantz Fortunat, président du CHAPS, le CONATEL espère assurer la formation de 4 000 femmes à l’entrepreneuriat numérique à travers le pays. Elles seront sélectionnées et reparties de manière proportionnelle dans les 10 départements. Celles qui seront retenues devraient avoir une activité à présenter sur le net, et devraient aussi exhiber leur intérêt pour les TIC. Ainsi, a-t-il rappelé, le rôle du CONATEL est de développer des mécanismes permettant au secteur de la technologie et de la communication de booster les activités ayant rapport à son développement.

Incapables de fournir le coût du protocole d’accord, les responsables se

montrent toutefois confiants de la réalisation d’un tel projet qui, selon eux, s’étendra sur une période d’un an. « D’ici 8 mars de l’année prochaine nous procéderont à la présentation des différentes femmes formées dans le programme », annonce-t-il l’air confiant.

Au cours de cette cérémonie, le CONATEL a procédé à la remise de plaques à plusieurs femmes. Celles-ci, majoritairement des employés du CONATEL, ont été honorées pour leur engagement et leur respect envers leurs institutions respective.

Par ailleurs, un atelier de formation a été réalisé durant cette activité en vue de briser l’attitude traditionnelle envers le rôle de genre en Haïti, ce afin d'éliminer les clichés qui limitent la capacité des femmes à développer leurs entreprises.

Emmanuel Moïse Yves yemmanuelmoise@gmail.com Auteur
Ses derniers articles

Réagir à cet article