Pergola : Si les mots étaient femmes

À l’occasion de la Journée internationale de la femme, une série d’activités sont organisées, pour rendre hommage aux femmes de la société. Parmi ces actes élogieux, des textes musicaux, des projections cinématographiques, des expositions, des conférences, sans oublier les activités entreprises par les nombreuses organisations féministes. Pour apporter leur contribution et participer à l'édification d'une meilleure image de la femme, des jeunes ont choisi de faire de leur plume leur porte-voix, en accouchant « Si les mots étaient femmes », un recueil de nouvelles publié le 7 mars 2018 par un cercle littéraire du nom de « PERGOLA ».

Publié le 2018-03-08 | Le Nouvelliste

Culture -

Évoluant depuis tantôt deux ans sur une plateforme d’écriture très connue qui est Wattpad, « Pergola », ce cercle littéraire en ligne qui réunit des jeunes dont la passion commune est l’écriture, est à sa troisième publication. Connu d’abord sous le nom de « COMHAIT », Pergola a suscité bon nombre de commentaires et d’appréciations de la part de son lectorat pour ses deux premiers recueils, « À l’ombre d’une Pergola Tome I et II ». La dernière publication datant du 4 janvier 2018, c’est avec une rapidité admirable et aussi dans un souci d’accroître leur créativité que les « Pergola people » soumettent au regard du public « Si les mots étaient femmes ».

Avec cette tendance féministe qui tend à s’élargir de plus en plus, on pourrait croire que ce titre est révélateur de quelques lignes qui soutiennent ou défendent les droits de la femme. Cependant, « les thèmes traités dans ce recueil sont des thèmes qui caractérisent la femme elle-même ; ce qu’elle subit, ses tares, sa beauté, cette valeur qu’elle a que les hommes ont du mal à saisir ». explique Ederson Simphat, l’un des chefs de file de « Pergola ». En effet, de la violence, passant par la soumission, le devoir conjugal, le sex-appeal et bien d’autres encore, « Si les mots étaient femmes » est un ramassis des réalités du monde féminin, sous la plume de quelques jeunes qui n’écrivent pas en vain.

La nouvelle a fait le tour de presque tous les médias en ligne. « Si les mots étaient femmes, 7 mars 2018. » Nombreux sont ceux qui ont attendu impatiemment ce recueil, qui représente pour eux une occasion en or de commencer à commémorer la Journée internationale de la femme à l’avance.

Cette œuvre, coup d’encensoir pour la gent féminine, a été possible grâce à la collaboration d’environ quinze jeunes pour qui l’écriture est plus qu’un art, mais une façon pour eux de se servir de leur plume pour se faire entendre.

Darline Honoré darlinehonore1324@gmail.com Auteur
Ses derniers articles

Réagir à cet article