Incendie au Marché en fer : Jovenel Moïse exige une enquête et promet une assistance aux victimes

Publié le 2018-02-15 | Le Nouvelliste

National -

Le président de la République, Jovenel Moïse, s’est rendu mardi après-midi au Marché en fer dont une bonne partie a été dévastée par un incendie aux premières heures. Le chef de l’État était accompagné de son épouse, Martine Moïse, du chef du gouvernement, Jack Guy Lafontant, de plusieurs ministres et du commissaire du gouvernement de Port-au-Prince, Clamé Ocnam Daméus. Durant une dizaine de minutes, le chef de l'État s’est adressé aux commerçants qui ont perdu des marchandises dans le sinistre. Le président a annoncé la création d’une commission interministérielle afin de porter assistance aux victimes. « Aujourd’hui même, je vous assure que l’État que je dirige va vous assurer une prise en charge. Une commission est formée à l’instant même par les ministres des Affaires sociales, à la Condition féminine, du Tourisme, de la Culture, et de l’Intérieur. Cette commission est chargée de recueillir la liste de tous ceux qui ont perdu des marchandises et de travailler sur leur rapide prise en charge. Avant qu’ils ne trouvent un crédit, ces commerçants doivent trouver un moyen pour survivre. Ce en attendant la reconstruction du marché. La commission va analyser les dossiers des victimes au cas par cas », a déclaré le président.

Jovenel Moïse a demandé au chef du gouvernement Jack Guy Lafontant d’œuvrer que la liste des victimes soit finalisée avant la fin du mois. Ce, avance-t-il, afin de mettre les concernés sur un régime spécial leur permettant de recevoir une allocation mensuelle et un crédit pour relancer leur commerce après la reconstruction du marché. « Je me suis déjà entretenu avec le président de la Digicel (Denis O’Brien, NDLR). Il m’a indiqué le montant que coûterait la reconstruction », a-t-il assuré sans plus de détails.

Par ailleurs, Jovenel Moïse a demandé au ministre de la Justice, au commissaire du gouvernement de Port-au-Prince et à la Direction centrale de la police judiciaire (DCPJ) de diligenter une enquête sur l’origine de l’incendie. « Si l'incident survient de manière accidentelle, on n’aura aucun problème et on prendra nos responsabilités. Si cela est d’origine criminelle, les coupables, exécutants ou auteurs intellectuels, doivent payer. Je veux m’adresser à ceux qui ont de mauvaises intentions dans ce pays. Je veux leur dire que dans l’Haïti que nous voulons construire, on ne peut pas accepter qu’un individu ou un groupe d’individus fasse souffrir une majorité », a-t-il fait savoir.

Les victimes de l’incendie survenu au Marché en fer sont au nombre de 600 environ, selon Maridza Saint-Dic, responsable du marché. « Il y a 477 étalages numérotés et environ une centaine d’autres qui ne sont pas numérotés », a-t-elle expliqué. Elle n’était pas encore en mesure de faire une évaluation des dégâts, laissant ce travail aux principales victimes. Toutefois, a-t-elle avancé, le marché a perdu 23 congélateurs. Si elle admet que la reprise des activités au marché prendra du temps , Maridza Saint-Dic se dit en revanche très optimiste. « Le président a fait des annonces, on attend les suivis », a-t-elle souligné.

Ses derniers articles

Réagir à cet article