Carnaval 2018: ce qu’il faut retenir du défilé artistique du premier jour

Le dimanche 11 février 2018, pas moins de 3000 acteurs ont contribué à la composition d’une dizaine de séquences du défilé artistique du carnaval national de 2018. Des slogans utilitaires, des déguisements traditionnels, des fresques sur l’actualité ont marqué cette grande randonnée à travers la capitale.

Publié le 2018-02-12 | Le Nouvelliste

National -

Entre 3 et 5h p.m ce dimanche pas moins de 3000 acteurs (chiffre fourni par Alin Augustin, coordonnateur du défilé artistique) ont foulé l’itinéraire qui va du stade à la rampe Lamayòt dans le cadre du défilé artistique du premier jour du carnaval national.

Petits et grands observateurs étaient exposés à une dizaine de séquences composant le défilé. Beaucoup de slogans étaient perceptibles sur les pancartes d’institutions publiques et privées prenant part à la marche. « Ayiti sou wout chanjman san aksidan » pouvait-on lire sur celles du STOP(Services techniques et opérationnels pour pallier aux accidents). Dr Garnel Michel, consultant au sein de ce think tank privé présente le carnaval comme une occasion idéale pour motiver le grand public sur la problématique de l’accident de la route. « C’est malheureusement la 2e cause de mortalité après les maladies cardiovasculaires en Haïti. Il est important pour nous de sensibiliser la population durant le carnaval sur ce fléau parce que c’est l’un des moments où l’on consomme le plus alcool. L’alcool au volant est en grande partie responsable des accidents de la route » confie-t-il.

Le ministère à la condition féminine et aux droits de femmes n’était pas en reste dans cette dynamique de faire passer des messages. Sur les pancartes on pouvait lire des messages exigeant le respect du quota de 30 % de femmes dans les entreprises, la dénonciation du viol et du harcèlement sexuel….

Plusieurs autres groupes ont préféré présenter des fresques axées sur l’actualité. La BIT Haïti (Brigade d’intervention théâtrale) questionne l’éclatement du mariage. Dans la leurs on découvre des acteurs mimant les couples gays, les couples mixtes, les mariages avec les poupées sexuels….

Une autre fresque qui a capté l’attention est celle du « Mouvement pour le respect des héros de l’indépendance d’Haïti ». Les généraux assis sur leur cheval étaient suivis par une équipe caricaturant un jugement. Autour d’un pupitre trimbalé sur tout le parcours on pouvait observer une simulation d’un jugement. Pour faire allusion au souhait du jugement des personnalités impliquées dans le scandale Petrocaribe, un galon de gaz a été montré ostentatoirement.

Côté déguisement, en plus des traditionnels Chaloska, Diables, Indiens, Zombies, de plusieurs groupes on a noté des propositions pas trop communes dans la liste comme les robes entonnoir pour symboliser les tournesol, la buste de Nemours Jean Baptiste( père fondateur du konpa dirèk )qui aurait été centenaire en 2018… Quelques rares bandes à pied ont suivi les diverses séquences du défilé pour accompagner les chorégraphies et la marche des bandes déguisées.

Durant les deux autres jours nous pourrons vous renseigner davantage sur certaines bandes dont le déguisement vaut la peine d’être mis en lumière.

Ses derniers articles

Réagir à cet article