Martelly fier de son poulain Jovenel Moïse et satisfait de son bilan

Publié le 2018-02-08 | Le Nouvelliste

National -

L’ancien président Michel Martelly, lors d'une interview le 1er février 2018, est on ne peut plus satisfait du bilan de Jovenel Moïse. En un an, ce dernier a accompli plus que le chanteur de Sweet Micky aurait espéré. Il se réjouit du peu de temps mis par l’ancien patron d’Agritrans pour démarrer. « Le temps de démarrage pouvait être long », dit-il. Depuis son installation au pouvoir le 7 février 2017, Jovenel Moïse a permis l’irrigation de plusieurs milliers d’hectares de terre, les planteurs ont accès à des prêts sans intérêts, des équipements sont distribués aux quatre coins du pays, étale Michel Martelly.

« En 57 ans, c’est la première fois que j’ai vu la route de Port-de-Paix en train d’être réalisée, quelque chose qu’on n'aurait jamais imaginé », avoue celui qui a occupé le pouvoir de 2011 à 2016. « Ce même président, poursuit-il, a déjà terminé la route de Camp-Perrin, il a asphalté une bonne partie de la route des Cayes, redémarre les travaux de construction de la route de Grand'Anse et emmené la Caravane dans plusieurs endroits du pays ». Michel Martelly salue les efforts du président, qui, selon lui, est en train de « déconcentrer », « décentraliser » et « rendre les communes autonomes.

Michel Martelly applaudit l’initiative de la Caravane du changement. « Karavàn nan se sa nèt ( La Caravane est tout ce qu’il faut ) », a-t-il déclaré, tout sourire, qualifiant de « géniale » cette idée de l’homme de la banane. Il aurait seulement souhaité que Jovenel Moïse l’appelle autrement. « Je l’aurais appelé un outil quelconque qui permet d’atteindre les objectifs du développement durable (ODD) », confie-t-il. Avec ce nom-là, il pense que les bailleurs de fonds tels que les États-Unis et la France auraient montré plus d’intérêt.

Le patron du PHTK salue l’intelligence de son poulain. « Il sait qu’il ne pourra pas réussir dans tous les domaines, il en a choisi trois qu’il maîtrise parfaitement : l’agriculture, l’énergie et la construction », signale-t-il. « Prezidan an pa yon egare ( Le président n’est pas un idiot). Il est un travailleur, un homme d’affaires, un homme intelligent qui connaît son pays et ses dossiers », a-t-il souligné. Il voit également en Jovenel Moïse un homme qui a beaucoup d’énergie, bien plus qu’il n’en avait, lui.

Michel Martelly n’éprouve aucun regret d’avoir choisi Jovenel Moïse pour le succéder au pouvoir. Il en est très fier. « Il y a une lumière qui nous guide, qui m’a permis de faire le choix de Jovenel Moïse. Je le vois comme mon fils, comme quelqu’un que j’ai aidé à construire même quand c’est Dieu qui l’a choisi à travers moi », témoigne-t-il pour prendre sa part de gloire.

En dépit de ce rôle qu’il revendique dans le choix du président de la République, Michel Martelly informe qu’il n'a jamais interféré dans les décisions du locataire du Palais national. « Le président prend toutes ses décisions tout seul », a-t-il déclaré. Il a toutefois indiqué qu’il était toujours disponible pour Jovenel Moïse, qu’il était toujours prêt à l’aider en cas d’urgence, qu’il était toujours disposé à prendre sa défense.

Michel Joseph Martelly a fait ces déclarations en participant jeudi à l’émission Mise au Point, animée par Serginho Lindor sur la Télévision nationale d’Haïti.

Danio Darius
Auteur
Ses derniers articles

Réagir à cet article