Ayiti Mizik Festival : Entre satisfaction et remerciements, le comité met le cap sur la 2e édition

PUBLIÉ 2018-01-11
Dans l'après-midi du mercredi 10 janvier 2018, le comité organisateur de Ayiti Mizik Festival a fait le bilan de la première édition de l'événement qui s’est déroulée au centre sportif de la Henfrasa, le 6 janvier 2018. Les organisateurs en ont profité pour remettre des plaques d’honneur et de remerciements à certaines personnalités et des partenaires, pour leur contribution à la réussite de la toute première édition du festival.


Lors du cocktail, le panel composé pour l’occasion a succinctement étalé les difficultés auxquelles ont fait face les organisateurs du festival : « La réalisation de la première édition de Ayiti Mizik Festival n’a pas été facile. Notamment avec la pénurie de sponsors », explique Akinson Bélizaire dit Zagalo, un des organisateurs. Ceci les a évidemment poussés à travailler plus dur. Les premiers remerciements sont donc revenus à l’équipe organisatrice. Rappelons que Ayiti Mizik Festival a été mis sur pied par un groupe de promoteurs haïtiens parmi lesquels Akinson Bélizaire, Harry Luc de Handzup group, Abdias Métellus de ABD productions, Valéry Marcel de VAMA ou encore Berthony Raphaël de Havana Guitar Night.

Sur demande des journalistes présents à ce cocktail, Zagalo a expliqué les raisons de l’absence de plusieurs groupes musicaux figurant dans le line-up. L’un des facteurs qu’il a évoqués, c’est le manque de confiance. Ensuite il y a eu un problème de communication, notamment dans le cas du groupe Boukman Eksperyans. Quant à la formation musicale Enposib, ses musiciens étaient sur place mais ont d’abord dû aller honorer d’autres contrats. Malheureusement, ces derniers n’ont pas eu le temps de revenir avant la fin de l’événement, indique Harry Luc, également membre organisateur de Ayiti Mizik Festival. Par ailleurs, s’il est incontestable que cette première édition fut un succès, les organisateurs ont toutefois reconnu l'échec des kick-off parties prévus en prélude au festival, à cause des aléas de la météo.

En ce qui concerne les grivoiseries de l’ancien président Michel Martelly, le fondateur de Handzup group assure que l'équipe qui gérait le backstage, de laquelle il faisait partie, s’est assurée que les groupes ne sortent aucune grivoiserie : « N’en dites pas, laissez le public le faire s’il le veut. On sait que l’ancien président du pays n’en fait toujours qu’à sa tête même quand on lui fait des recommandations. Il est adulte, il a occupé l’une des fonctions les plus importantes du pays, c’est donc à lui de savoir qu’il n’est pas trop tard pour éprouver de l’humilité au regard de cette fonction. [...] Qu’il a un devoir envers les enfants, envers le public ; il importe peu qu’un certain public aime ou n’aime pas ce qu’il a l’habitude de raconter en tant que Sweet Micky mais son passage à la présidence du pays pendant cinq ans mérite un autre comportement. On le lui dit et il faut que ses proches continuent également de le lui dire. »

Emmenés par Zagalo, les organisateurs annoncent déjà la deuxième édition du festival pour le 5 janvier 2019. À chaque édition, il y aura un groupe étranger qui « challengera » la musique konpa, de manière à pousser les groupes à donner le meilleur d’eux-mêmes. Soulignons que cette stratégie a payé, car le niveau était placé haut le samedi 6 janvier à Henfrasa. Ils espèrent certes avoir plus d’accompagnateurs en termes financiers. Mais ils ont noté les faiblesses de la toute première édition et comptent les corriger. Ils prévoient par exemple la réduction du nombre de groupes qui participeront au festival. Ou encore une meilleure organisation.

À la fin de la rencontre de presse, Toto Beat, Freestyle Media, la Radio Télévision Caraïbes, la Sogebank, le maire de Delmas Wilson Jeudy, l’animateur DJ Chiwawa ainsi que l’entreprise ODpeint ont reçu des plaques de remerciements pour avoir contribué au succès de cette première édition de Ayiti Mizik Festival. Des remerciements spéciaux ont été adressés plus tôt dans la soirée aux employés de la mairie de Delmas et aussi à Karibe Motors.



Réagir à cet article