À la redécouverte de John Steve Brunache

Publié le 2018-01-08 | Le Nouvelliste

Culture -

Dans le cadre de sa tournée nationale, le chanteur engagé John Steve Brunache s’est produit sur la scène du Parc Historique de la Canne à Sucre, ce samedi 30 décembre, devant un public dont les années n’ont pas effacé les souvenirs du temps de « Makaya, Chimen limyè, Yhawe… ». Cette initiative prise par Encre d’or et la RTVC aura pour effet, non seulement de permettre aux gens de faire plus ample connaissance avec l’artiste, mais aussi de susciter à nouveau chez eux cette nécessité de faire de la terre leur principale richesse, ce souci de retour à la source, d’où le thème choisi pour la tournée « RENAISSANCE ».

Après plus de 6 heures de retard, c’est Julio Maniah, un jeune chanteur, qui vint calmer l’impatience du publicqui commençait à se retirer. L’artiste a par la suite cédé sa place au groupe « ACCORD » qui, à l’instar de PENTATONIX, a insufflé au public sa bonne humeur, comme pour lui faire oublier les nombreuses heures passées à poireauter. Abandonnant sièges et tables, c’est avec ferveur que les aficionados de la bonne musique haïtienne s’empressèrent de rejoindre le devant de la scène pour chanter avec l’auteur des tubes « Y a danger, Agoye, Gade lè w… », Jean Jean Roosevelt, qui a précédé la vedette de la soirée, John Steve Brunache.

Les notes aiguës des cris enthousiastes de la foule, et les musiciens prêts à accompagner l’artiste lui ont facilité la tâche. C’est avec sa même voix limpide et le sourire aux lèvres que le chanteur entama avec conviction les paroles de son morceau titré « Linyon », sous les regards admiratifs du public qui l’accompagnait jusqu’à en perdre haleine. Après avoir tenu un « speech » sur le respect des adeptes du vaudou, John enchaîna avec « Madanm », un autre tube de son album, que ses nombreux fans présents sur les lieux ont entonné sans grand-peine. A travers Makaya ou les autres morceaux joués et chantés par l’artiste ce soir-là, on pouvait admirer l’aisance avec laquelle l’assistance l’accompagnait, comme s’ils avaient pendant longtemps écouté les titres en boucle.

Après plus d’une dizaine d’années, faire une tournée nationale a toujours fait partie du projet personnel du chanteur, et cela a été un plaisir pour lui de répondre à cette invitation d’Encre d’or. Comme chanté dans la plupart de ces musiques, John Steve Brunache affirme qu’il est temps qu’on prenne conscience de ces valeurs locales, de la valeur du travail de la terre. « Il n’est pas bon que notre jeunesse baigne autant dans l’indécence » ajoute-t-il ; et le message qu’il ne cessera de prêcher est un message d’amour.

Certaines gens, dans leur requête, souhaiteraient voir l’artiste se produire au Champ de Mars. Selon le chanteur, il n’y verrait aucune objection. En attendant, la Cité des poètes, ainsi que les Cayes l’attendent impatiemment pour des prestations les unes aussi vibrantes que les autres. Une tournée est aussi prévue dans les écoles, afin que les écoliers arrivent à mettre le nom John Steve Brunache sur un visage, car, « Pa bliye yo menm tou, yo s’on gwo fòs nan peyi a».

Darline Honoré Darlinehonore1324@gmail.com Auteur
Ses derniers articles

Réagir à cet article