Paris/One Planet Summit

Macron reçoit Moïse à l’Elysée, les deux chefs d’Etat se font des promesses

Publié le 2017-12-11 | Le Nouvelliste

National -

C’est avec le président français que le président haïtien débute sa première visite de travail en Europe. A l’Elysée, le 11 décembre 2017 dans l’après-midi, Emmanuel Macron et Jovenel Moïse, dans un tête à tête d’une trentaine de minutes, ont passé en revue la coopération entre les deux pays. L’élu de En marche promet à Haïti un financement de 30 millions de dollars pour des interventions dans les bassins versants et l’élu du PHTK promet à la France tout son soutien dans sa lutte contre le réchauffement climatique.

C’est une visite travail, donc pas de tapis rouge ni de réception grandiose pour le président haïtien à l’Elysée. Cependant, Jovenel Moïse a eu droit au respect et à l’admiration d'Emmanuel Macron qui a descendu les perrons de l’Elysée pour venir l’accueillir personnellement à la sortie de son véhicule. Après le tête à tête, loin des micros des journalistes à l’Elysée, les deux chefs d’Etat, dans un point de presse d’environ sept minutes, rapportent en partie ce qu’ils ont dit pendant les échanges.

Emmanuel Macron, pour sa part, a abordé avec son homologue haïtien des sujets internationaux que les deux pays ont en commun et les sujets bilatéraux.

L’élu de En Marche a salué l’effort de la lutte contre la corruption et le renforcement de l’Etat de droit mené par le président Jovenel Moïse. Emmanuel Macron a promis le support de la France en ce sens. « Je me félicite que dans les prochains jours un accord de siège avec Expertise France puisse être finalisé qui permettra d’œuvrer en la matière ainsi que des initiatives bilatérales qui ont pu être prises en termes de formation de la fonction publique haïtienne qui est un élément important dans la structuration de l’Etat de droit », a-t-il dit.

« Notre souhait est aussi de consolider l’aide internationale pour ce qui est de la France et consolider aussi la part d’investissement français en Haïti », a déclaré le président français. Emmanuel Macron a aussi promis d’inciter les entrepreneurs français à investir en Haïti. « Nous allons les y pousser par des initiatives ponctuelles et des accompagnements », a-t-il affirmé.

Le patron de l’Elysée a fait par ailleurs savoir qu’Haïti fait partie des pays prioritaires de la coopération de son pays. « Nous accordons une grande importance à la relation bilatérale dans ce cadre », a-t-il dit.

Emmanuel Macron a estimé que le travail de Jovenel Moïse avec les bailleurs de fonds internationaux « est extrêmement structurant comme les discussions entamées avec le Fonds monétaire international et les réformes ambitieuses pour donner un cadre aux investissements étrangers ».

« La France, par le truchement de l’Agence française de développement, s’est concentrée sur trois secteurs prioritaires : l’éducation, la bonne gouvernance et la lutte contre les effets du changement climatique », a-t-il dit.

En matière d’éducation, M. Macron a rappelé qu’en 2015 son pays avait déjà promis 50 millions d’euros. Maintenant, il a annoncé que le plan d’action de ce fonds sera intégralement exécuté. Lors de sa visite en Haïti en 2015, l’ancien président François Hollande avait déjà promis ces 50 millions d’euros.

S’agissant du changement climatique, le président de la 5e puissance économique mondiale a annoncé une enveloppe de 30 millions de dollars qui servira à faire des interventions dans les bassins versants du pays. C’est donc la seule annonce concrète du président français.

Ces 30 millions de dollars sont le fruit de la création d’une nouvelle structure œuvrant dans la lutte contre le réchauffement climatique baptisée « Fonds vert » qui est un projet d’adaptation et de gestion des bassins versants. Haïti, a fait savoir Emmanuel Macron, pourrait devenir le premier pays à obtenir un projet d’adaptation dans le cadre de ce fond vert. « Nous sommes convenus d’accélérer en la matière le travail en termes de travaux publics, d’électrification… », a-t-il dit.

Pour sa part, Jovenel Moïse s’est dit satisfait des échanges avec Emmanuel Macron. « Haïti croit que le développement est une décision et un processus nationaux », a dit le président haïtien. « Au cours de nos échanges, nous avons convenu de renforcer les liens commerciaux entre les deux pays, la coopération en matière d’éducation à tous les niveaux, surtout l’enseignement supérieur et la formation professionnelle. Et aussi les capacités des institutions de l’Etat haïtien pour mieux faire face aux défis du développement », a rapporté l’élu des Tèt kale.

Le locataire du Palais national a promis à son homologue de l’Elysée d’œuvrer, au cours de sa présidence tournante à la tête de la CARICOM, à l’adoption de mécanisme sous-régional pour permettre aux Etats de la région de mieux adapter leur économie et leur environnement aux effets des changements climatiques. Il a aussi promis de faire de la langue française la langue de la Caricom.

Macron et Moïse avaient-ils abordé l’épineuse question de la « dette de l’Indépendance » ? Le Nouvelliste a posé la question mais à un proche du président Moïse qui a suivi la rencontre. Aucune réponse n’a été donnée…

Par ailleurs, à Paris, Jovenel Moïse a facilité, lundi soir, une importante rencontre entre les membres du Mouvement des entreprises de France (MEDEF) et des entrepreneurs haïtiens. Le président poursuit sa visite à Paris où il participera ce mardi au One Planet Summit deux ans après l’Accord de Paris avant de se rendre en Belgique…

Bloqué à Londres, Jovenel Moïse n’a pas pu rencontrer la communauté haïtienne à Paris Les aléas climatiques empêchent Jovenel Moïse d’arriver à Paris. Bloqué à l’aéroport de Londres en raison des fortes chutes de neige et de vents violents, le président Jovenel Moïse n’a pas pu honorer sa première rencontre, dimanche soir à Paris, avec la communauté haïtienne. En marge de sa participation, mardi, au « One Planet Summit », le chef de l’État haïtien doit également rencontrer plusieurs grandes personnalités, dont le président français Emmanuel Macron. Ils étaient plusieurs centaines d’Haïtiens vivant à Paris et dans des zones avoisinantes à remplir la grande salle de l’hôtel Hyatt Regency dans le 15e arrondissement de la capitale française pour voir et écouter le président de la République d’Haïti. Jovenel Moïse qui devait arriver sur Paris dimanche vers 14 heures, heure européenne, a été retenu à l’aéroport de Londres à cause des intempéries qui frappent une partie de l’Europe. « Nous avons le regret de vous annoncer que le président Jovenel Moïse est actuellement bloqué à Londres à cause d’un mauvais temps. Son avion n’a pas pu décoller, il ne pourra donc plus être avec nous ce soir », a communiqué à l’assistance un membre de la délégation vers 8h du soir. Des gens sont venus de très loin et en grand nombre pour voir et écouter le locataire du Palais national. « Je voulais entendre ce qu’il avait à nous dire. J’ai vu des choses sur Internet de ce qu’il fait avec la caravane, mais je voulais l’entendre », a dit au Nouvelliste une dame accompagnée de ses enfants. « C’est dommage qu’il ait été bloqué à Londres. Je vis à Strasbourg et je suis venu uniquement sur Paris pour le rencontrer. J’avais beaucoup de questions à lui poser notamment sur la lutte contre la corruption », a indiqué de son côté un jeune étudiant haïtien. Cependant, les ministres des Affaires étrangères, du Commerce et de l’Environnement qui sont déjà sur Paris pour participer au « One Planet Summit » se sont quand même entretenus avec l’assistance visiblement insatisfaite. Un documentaire d’une dizaine de minutes qui retrace les différentes réalisations du chef de l’Etat pendant ses 10 mois au pouvoir a été diffusé pour tuer le temps. A Paris, le chef de l’État participera, le 12 décembre 2017, au sommet sur le financement de l’Action climatique (One Planet Summit), une activité qui réunira plusieurs chefs d’État et de gouvernement. En marge de sa participation à One Planet Summit, le président haïtien s’entretiendra ce lundi 11 décembre avec son homologue français Emmanuel Macron et discutera de la coopération bilatérale de la France avec Haïti. Cependant, Le Nouvelliste a appris que les rencontres avec le directeur général de l’Agence française de développement (AFD), Rémy Rioux, la secrétaire générale de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF), Madame Michaelle Jean et la directrice générale de l’UNESCO, Audrey Azoulay, ont été annulées. Selon un communiqué du Palais national, le chef de l’État introduira les membres du secteur privé des Affaires d’Haïti aux représentants du patronat français lors d’une grande rencontre avec le Mouvement des entreprises de France (MEDEF). Le mercredi 13 décembre, le président se rendra en Belgique où lui et les membres du secteur privé haïtien qui l’accompagnent s’entretiendront avec les représentants de la Chambre du commerce de Bruxelles et d’Anvers. Il déjeunera par la suite, avec le ministre-président de Wallonie/Bruxelles, Rudy Demotte. Puis, le président se rendra au siège de l’Union européenne (UE) où il aura un premier entretien avec Frederica Mogherini, deuxième vice-présidente de la commission européenne et haute représentante de l’Union pour les Affaires étrangères et la politique de sécurité. Peu après, le chef de l’État rencontrera Pim Van Ballekom, vice-président de la Banque européenne d’investissement (BEI). Le jeudi 14 décembre, le président s’entretiendra avec Neven Mimica, commissaire européen pour la coopération internationale de développement avant de clôturer sa tournée belge par une rencontre au Palais royal où l’ont convié leurs majestés le roi Philippe et la reine Mathilde de Belgique.
Ses derniers articles

Réagir à cet article