Le président (a parlé) doit agir, point barre !

Publié le 2017-12-07 | Le Nouvelliste

National -

« Je suis le seul à avoir la solution contre la corruption », a dit Jovenel Moise dans la presse. Cette déclaration peut paraître prétentieuse, mais elle me semble plus manquer de sagesse quant on sait que le combat contre la corruption prend plus que le simple vœu d’un seul homme. La lutte contre la corruption, M. le président, c’est une vraie guerre qui demande le support, l’engagement et la volonté de toute une nation. De la famille aux écoles en passant par les universités jusqu’aux administrations. Elle exige la mise en place d’une politique, d’une stratégie intelligente avec des actions multisectorielles, étudiées et bien planifiées. Haïti ne pourra gagner cette guerre en un seul mandat présidentiel, encore moins avec un seul homme.

C’est une lutte à long terme qui prendra des décennies pour éradiquer de nos habitudes, des réflexes, des comportements, des pratiques ancrés dans notre mentalité depuis deux siècles.

Mais je veux bien faire confiance au chef de l’Etat pour jouer sa partition dans la lutte contre la corruption, car il va commencer par montrer l’exemple en faisant le ménage dans l’écurie autour de lui, comme le prince héritier d’Arabie saoudite, Mohamed Ben Salman, a nettoyé la cour du roi en écartant les princes du royaume et en les livrant à la justice. La crédibilité de la lutte contre la corruption repose fondamentalement sur l’exemplarité qui doit venir de vous, M. le président, en mettant à la disposition de la justice celles et ceux de votre entourage proche qui seraient soupçonnés de corruption.

Si Jovenel Moise le veut vraiment, dans sa fonction de président, il est de son devoir d’encourager la mise en branle de la justice à l’encontre de ceux qui se seront rendus coupables de la dilapidation des fonds de Petro Caribe, des gabegies des années lavalas (rapport Paul Denis), des années de transition (rapport 2016) et les autres. Il doit le faire pour respecter l’engagement pris à la tribune de l’ONU et devant des écoliers. Car il faut un jour passer de la parole aux actes. L’action franche, sincère, résolue et déterminée, c’est ce qu’attend le peuple haïtien qui a retiré sa confiance à nos dirigeants, aux politiques, aux autorités. Pour regagner cette confiance, ainsi que sa force et son engagement pour le redressement de notre pays Haïti, le peuple haïtien ne veut plus vivre de promesses, il attend des preuves. Point barre !

Clarens Renois clarensrenois92@hotmail.com Décembre 2017 Auteur
Ses derniers articles

Réagir à cet article