Olympiades des métiers : Le CETEMOH et la Fondation Vincent du Cap-Haitien sortent champions

À l’Université Quisqueya a eu lieu, les 11 et 12 novembre 2017, le concours de construction baptisé « Olympiades des métiers ». Organisé par le Collège national des ingénieurs et architectes haïtiens (CNIAH,) en collaboration avec de nombreux partenaires, ledit concours a mis en compétition de jeunes étudiants venus d’horizons divers, représentant leurs écoles professionnelles respectives dans des disciplines telles que la plomberie, l’électricité et la maçonnerie.

Publié le 2017-11-13 | Le Nouvelliste

Ticket Mag -

Les olympiades réfèrent, dans la Grèce antique, à la célébration des jeux olympiques. Depuis, la connotation a quelque peu changé. Maintenant, elles désignent aussi des compétitions où de jeunes participants accomplissent des prouesses et étalent leur savoir-faire, dans le souci d’en sortir victorieux ou de séduire les recruteurs de grandes compagnies.

De concert avec différents partenaires, le Collège national des ingénieurs et architectes haïtiens (CNIAH), cette année, a été l’instigateur de l’évènement les « Olympiades des métiers » qui oppose des techniciens dans les filières de la plomberie, l’électricité et la maçonnerie, issus de diverses écoles professionnelles. Durant ces deux jours, l'Université Quisqueya s'est muée en une arène où de nombreuses écoles professionnelles se sont affrontées, notamment : JB Damier, Fondation Vincent du Cap-Haitien, Ecole technique Maranatha, Ecole professionnelle Saint-Joseph Artisan, CETEMOH, Centre pilote de formation professionnelle, entre autres.

Contribuer au développement du pays par la promotion des arts et de l’industrie étant l’une des missions du CNIAH, la réalisation d’un tel exercice s’inscrit dans la logique de présenter le bâtiment sous plusieurs aspects. « Tout travail de construction standard fait appel à des compétences techniques, d’où la nécessité de les mettre au-devant de la scène », a expliqué la directrice exécutive de ladite institution, Yva Salvant, qui souhaite déjà réitérer l’expérience l’an prochain.

De son côté, le collège Catts Pressoir était présent à titre d’invité de marque. La dextérité de ses élèves dans des domaines comme la robotique et l’électronique est incontestable et a déjà fait couler beaucoup d’encre. En effet, le cursus proposé aux enfants est enrichissant et innovateur, surtout dans un monde déjà tourné vers le numérique et bientôt l’intelligence artificielle. « L’idée d’organiser cet espace où des jeunes peuvent exposer leur savoir-faire, relève du génie », a affirmé le directeur Guy Etienne qui, par ailleurs, se dit désappointé de l’inattention du ministère de l’Éducation nationale par rapport à cette activité. « Cependant, ils peuvent rattraper le coup en prenant contact avec les initiateurs afin d’avoir un compte-rendu de ce qui a été fait ici », a-t-il martelé.

Au bout d’une journée de dur labeur, Kako, le Mc, a désigné les gagnants de chaque catégorie. La compétition a eu un dénouement des plus heureux pour le CETEMOH car il a raflé la 1ère place dans deux catégories : électricité et plomberie. La ville christophienne, quant à elle, a été représentée de la meilleure des manières par la Fondation Vincent du Cap-Haitien qui a remporté la première place dans la catégorie maçonnerie.

La voie du succès est épineuse mais le travail acharné finit toujours par payer. « C’est dans cette approche que s’inscrit le CETEMOH, d’où ces retombées flatteuses », a affirmé Saint-Phar Ludsen, directeur académique. Championne en 2015 dans la catégorie électricité, double championne cette année, cette école professionnelle sise au Boulevard Harry Truman ne compte pas s’arrêter à ces aboutissements, a assuré Rony François, qui étale avec jubilation les exploits de l’institution placée sous sa direction. D’ores et déjà, il annonce que la prochaine édition aura le même tournant. « L’an prochain, nous allons récidiver », a-t-il lancé d’un ton enthousiaste.

Pierre Michel André pierremichelandre@gmail.com Auteur

Réagir à cet article