Censini, le vice-champion de Digicel Stars 2013, se remet au travail

Découvert en 2013 lors de la huitième édition de Digicel Stars où il avait gagné la deuxième place, Louis Blanchet Censini vient de décider de se consacrer entièrement à la musique afin de gagner sa vie. Présent dans la liste des dix artistes promus par Jean Jean Roosevelt pour ses dix ans en octobre dernier, Censini, « l’Albinos », nous balance « Travail », un morceau qui parle des discriminations qu'il doit affronter chaque jour.

Publié le 2017-11-14 | Le Nouvelliste

Ticket Mag -

Découvert en 2013 lors de la huitième édition de Digicel Stars où il avait gagné la deuxième place, Louis Blanchet Censini vient de décider de se consacrer entièrement à la musique afin de gagner sa vie. Présent dans la liste des dix artistes promus par Jean Jean Roosevelt pour ses dix ans en octobre dernier, Censini, « l’Albinos », nous balance « Travail », un morceau qui parle des discriminations qu'il doit affronter chaque jour.

En 2013, sur la scène étoilée de Digicel Stars, Louis Blanchet Censini, # 1500 à l’époque, affronte Millien Pierre Jean, # 1200, lors de la phase finale du concours. Ce soir-là, alors qu’il interprète « Vi pa m », une composition qui relate son enfer quotidien, son combat, son albinisme et l’humiliation sociale à laquelle il fait face, Censini fond en larmes, devant les caméras qui enregistrent le show.

Un peu plus tard, dans les coulisses, le Gonaïvien nous confie qu’il n’a pu se retenir. Le temps d’une chanson, tout a défilé dans sa tête. Des années après, Censini décide enfin de s’y mettre à fond, d’évoluer par rapport aux problèmes, de faire de son talent un bouclier, une arme efficace, son principal atout face aux discriminations, aux barrières sociales. Plus que motivé, l’artiste se met au travail. Il veut chanter pour dénoncer. Il chantera aussi pour gagner sa vie, élever ses enfants et changer les mentalités.

Le talent contre la discrimination

« Travail », c’est le titre sorti récemment. Il confirme le début d’une carrière professionnelle lancée après de mûres réflexions suite à son excellent parcours à Digicel Stars. Sur cette chanson de trois minutes, produite par Jean Jean Roosevelt, Censini nous revient en artiste engagé dans la musique alternative. Si « Je » est le pronom dominant du texte, la chanson est avant tout un hymne que devrait reprendre toute personne handicapée vivant dans cette société exclusive.

Censini manie bien sa plume. Dans ses écrits, il revient sur l’inégalité des chances, la promotion des valeurs, l’importance d'opter pour les compétences au lieu de se laisser aveugler par les apparences. Il fait de l’intégration, de l’émancipation sociale l’axe principal de sa création musicale. Il ramène à nos consciences des thèmes universels, des valeurs qui prennent pas mal d’espace dans l’agenda de la Francophonie. Les ambitions de Censini sont grandes, elles sont à peine voilées. Son rêve n’a pas de frontières. Il vise le marché international francophone.

« Travail » est sorti quatre ans après que l’artiste se soit fait connaître du grand public en créant la sensation sur la scène rouge. Contrairement à ce que pensent les gens, Digicel n’a soutenu aucun projet de l’artiste comme il l’espérait. Aucune aide sous aucune forme ne lui a été accordée, à part le chèque de 250 000 gourdes qui récompense sa place de vice-champion. Pas même une promotion. Pas même un sms de soutien. Il a fallu attendre que Jean Jean Roosevelt l’invite sur le projet de ses dix ans de carrière et lui fasse une proposition de contrat avec un album à l’appui pour qu’il reprenne la route.

Louis Blanchet Censini est à fond sur son projet d’album. Offusqué par les remarques faisant croire qu’il était presque impossible de savoir si c’était lui ou Jean Jean Roosevelt qui était sur la chanson, l’originaire des Gonaïves, grand fan du champion haïtien des jeux de la Francophonie tenus à Niceen 2013, promet une plus grande diversité sur son projet en cours. Ce qui plairait énormément à tous ceux qui furent conquis par un Censini authentique lors de Digicel Stars.

Réagir à cet article