Rose-Adèle Joachim dévoile son tout premier livre

Ce samedi 11 novembre 2017 au restaurant Aïoli, Rose-Adèle Joachim a procédé à la toute première d’une série de ventes-signatures de son livre « Quand mon cœur bat si fort ». Ce livre qui est son tout premier, se veut, selon elle, un essai dans lequel elle raconte son expérience d’aide à ses parents dont tous deux souffrent de maladies dégénérescentes.

Publié le 2017-11-13 | Le Nouvelliste

Ticket Mag -

Longtemps avant d’adopter la « nappy attitude », le visage de Rose-Adèle Joachim donnait du pep à l’univers du « posing », au cinéma haïtien, et même à certains des numéros qui lui ont été consacré dans notre publication vieille aujourd’hui de 15 ans. C’est l’une des premières femmes actives à avoir initié sur le marché haïtien un magazine, avec les initiales de son nom, à savoir RAJ magazine. Par conséquent, la qualité de sa plume n’est plus à prouver.

Ainsi, la première question qui s’impose quand on apprend qu’elle vient de publier son premier livre est donc « pourquoi avoir attendu si longtemps?». « Je n'avais pas l’intention d’écrire un livre. Mais la situation dans laquelle je me retrouve depuis 2013 me l’a imposé », réplique-t-elle sans broncher, ce samedi au restaurant Aïoli. En effet, cette année-là, elle a découvert que sa mère souffrait de la maladie d’Alzheimer et son père de la maladie de Parkinson, en plus de l’arthrite.

« Quand mon cœur bat si fort », c’est une façon pour elle de partager cette difficile expérience qu’elle connaît en tant que personne aidant. Tel qu’elle l’explique, c’était au départ un calvaire avant de devenir une façon de vivre pour elle. Il lui fallait d’abord briser le tabou du silence que la honte lui imposait. Ensuite, à force de chercher de l’aide, elle s'est rendue compte qu’il n’en existait point chez nous. Du moins pas à toutes ces portes auxquelles elle a dû frapper jusque-là. Rédiger ce livre a donc la valeur d’une thérapie pour elle qui avoue avoir été abattue mentalement. Une fois qu’elle a accepté de vivre avec la nouvelle réalité, elle s’est tournée vers les ressources disponibles sur Internet pour mieux y faire face. « Je ne me prends pas pour une spécialiste de ces maladies mais comme une personne ayant fini par accepter que ses parents en souffrent », précise-t-elle. Par exemple, c’est grâce à cette manne d’informations, qu’ elle découvre que les fruits, les légumes ont la vertu de réduire les fortes douleurs qui terrassaient son père.

« Mon livre, dit-elle, a pour objectif d’encourager les jeunes de notre pays à mieux préparer leurs vieux jours ». En effet, elle note que chez nous on ne pense pas à l’avenir dans notre façon de manger, de boire. En outre, nous faisons peu de cas de l’insomnie chronique et de quelques autres maladies. « L’idéal, poursuit Rose-Adèle, serait que ce livre suscite des réflexions qui déboucheront, le cas échéant, sur des pistes comme la création d’associations dédiées aux personnes souffrant de ces maladies, à leurs proches et aux autres personnes qui les aident ». Le numéro un de RAJ magazine n’exclut pas la possibilité d’être l’initiatrice d’une telle mobilisation en Haïti.

Il lui a fallu plus d’un an pour préparer le livre qui compte presque 300 pages. A ceux qui feront l’acquisition de son livre, la reine du posing dit merci mais surtout de lire avec attention. Ils sauront aussi qu’ils ne sont pas seuls à faire face à de telles difficultés et, du coup, décideront peut-être de mieux préparer leurs vieux jours.

Son père a participé à la préparation du livre. Rose-Adèle, grâce aux conseils de Marie-Alice Théard, la responsable de Festival Arts, a fini par accepter de lui dédier un chapitre. « Sous l’emprise de la colère, je dois avouer qu’au départ j’incriminais mon père, car il me fallait trouver un coupable. Je le tenais pour responsable de la maladie de ma mère. À la longue, j’ai fini par comprendre qu’il souffre doublement. Il porte sur son dos à la fois ses propres maladies ainsi que celle de ma mère », confie l’écrivain sur un ton triste. Une conversation avec son père aura tout changé dans sa façon hâtive d’appréhender la situation, elle qui est la deuxième des 5 enfants de ce couple qui compte plus de 50 ans de mariage.

Après Pétion-Ville, Rose-Adèle mettra le cap vers le Nord pour la vente-signature de son livre. Elle le signera le 18 novembre à Lakay Restaurant, dans la deuxième ville du pays. Le 26 novembre aux Gonaïves, à l’Alliance française, et le 30 novembre, elle revient à Port-au-Prince, notamment à l’Institut français.

Réagir à cet article