Kiko et True Rasta font leur come-back avec « Twa wòch dife »

Cela faisait un moment qu’on n’avait pas entendu parler d’eux, qu’on ne les avait pas vus sur scène. Pourtant ils continuent de travailler loin des projecteurs et ils viennent même de sortir un album reggae, « Twa wòch dife », dont la première vente-signature a eu lieu le 20 septembre 2017. Il s’agit du groupe True Rasta, avec Kiko comme lead vocal. Ils étaient à Ticket pour mettre le public au parfum de leurs dernières avancées.

Publié le 2017-10-12 | Le Nouvelliste

Ticket Mag -

Défendre des valeurs positives, raconter une bonne histoire, utiliser les mots justes, c’est ce qui fait la force du reggae. Il ne s'agit pas seulement d'une musique, c’est un vecteur d’éducation, d’engagement et d’éveil de conscience. Et c’est ce que True Rasta se propose de faire à travers « Twa wòch dife », son dernier album en date. Du reggae dans toute son essence.

Parti d'un concept original, « Plante, rekòlte pou fè mizik », True Rasta se base sur l’agriculture pour produire sa musique. « Nous avons réalisé l’album grâce au fruit de l’agriculture. En Haïti, les gens ne veulent pas sponsoriser le reggae. Nous avons donc semé et planté du maïs, de la banane, de la pistache, des haricots. Les rentrées de la récolte ont servi à financer la production de Twa wòch dife », explique Pierrot, l’un des membres fondateurs du groupe qui avait accompagné Kiko.

Le lancement de l’opus a eu lieu le 20 septembre, date marquant l’anniversaire de naissance du père de la patrie, Dessalines, à Goose bar. « Nous avions organisé le lancement à Goose Bar. C’était super, il y avait du monde. Pas mal de disques ont été écoulés », raconte Kiko. Cependant, l’activité prévue pour le lendemain à Yanvalou, soit le jeudi 21 du même mois, a pris un coup, au regard des récents évènements qui s’étaient produits ce jour-là. « Il y avait malheureusement des manifestations, lari a te cho ! Donc, nous n’avons pas eu l’affluence escomptée. », continue le lead vocal de True Rasta.

Une vente-signature a également eu lieu à rue Goulard, Pétion-Ville, le vendredi 22 septembre, dans le fief du band. Le CD compte 13 morceaux, chiffre symbolique rappelant les 13 ans de True Rasta. Du reggae certes, mais avec une variété de rythmes. Roots, racine, dancehall, vodou. Avec la collaboration d’artistes étrangers, la bande à Kiko s’est évertuée à lancer beaucoup de messages sociaux, car ils font partie de ceux qui pensent que la musique peut éduquer.

Il faut dire que True Rasta n’est pas novice dans le domaine musical. Les archives du groupe sont pour le moins colorées. Performances avec Rebel Lion, Brothers Posse, Luck Mervil, et accompagnement d’autres groupes à tendance reggae. Des membres fondateurs aux actuels musiciens, à la mémoire de ceux qui les ont quittés, comme R-Bass, on sent cette quête du bien qui anime chacun d’eux.

Conjointement, les rastas ont tenu à lever le voile sur les préjugés qui ont à voir avec la perception que les autres ont d’eux. « On peut trouver pas mal de définitions philosophiques de « rasta », mais en fait, c’est une réalité, un mode de vie. Le look, la coiffure viennent après. Depi w rantre nan lojik rasta a, ou rantre nan prizon paske ou vin esklav prensip yo. Nous concevons l’amour autrement, nous mangeons autrement, nous regardons la vie autrement », éclaircit Pierrot.

True Rasta a de grands projets. Vidéoclipper les 13 chansons du disque en est un. Les artistes attendent la récolte de la dernière semence afin de trouver les fonds nécessaires pour couvrir les dépenses. Par ailleurs, le band invite le public à acheter l’album, à supporter le travail qu’il s’efforce de faire. «Twa wòch dife» est disponible à un prix vraiment abordable, à la rue Goulard, à Pétion-Ville.

Réagir à cet article