Jovenel Moïse attaqué par une frange de l’opposition, expose son plan d’action au Core Group

Le Core Group, disparu des radars, revient dans l’actualité à un moment où une frange de l’opposition ne jure que par le départ du président Jovenel Moïse.

Publié le 2017-10-09 | Le Nouvelliste

National -

Le président Jovenel Moïse, au palais national, a présenté au Core Group « le plan d’action de son quinquennat, notamment les six (6) axes prioritaires et la Caravane du changement, la stratégie transversale du gouvenement, pour les mettre en oeuvre dans l’objectif de rendre l’Etat plus efficace et pour fournir davantage de services à la population », a informé un communiqué du palais national, lundi 9 octobre 2017.

« Les membres du Core Group ont unanimement accueilli la vision clairement exprimée par le président de la République pour réformer l’Etat, lutter contre la corruption, fournir l’énergie électrique à la population, maîtriser l’eau de surface, reboiser le pays, assister les couches les plus vulnérables à travers sept (7) programmes sociaux, et améliorer le cadre des affaires afin d’attirer davantage d’investissements, et pour créer le maximum d'emplois », a indiqué le communiqué.

« Les représentants du Core Group ont salué, particulièrement, la détermination du chef de l’État à instaurer un dialogue politique permanent, avant l’organisation prochaine des états généraux sectoriels de la nation, ainsi que le renforcement institutionnel des partis politiques qui constituent des facteurs de stabilité politique susceptible de permettre au pays d’atteindre les Objectifs du développement durable, desquels découlent les six (6) axes prioritaires du gouvernement », lit-on dans ce communiqué indiquant que le Core Group « est composé des ambassadeurs du Brésil, du Canada, de l’Espagne, des Etats-Unis d’Amérique, de la France, et des représentants, de la MINUSTAH, de l’Organisation des Etats américains et de l’Union européenne ».

La rencontre du président Jovenel Moïse avec le Core Group intervient à un moment où une frange de l’opposition réclame départ du chef de l’Etat après des manifestations émaillées de violence et deux journées de grève dont l’une avait paralysé les activités dans la zone métropolitaine le 18 septembre dernier. Considérés par certains comme des tuteurs des responsables politiques haïtiens, les ambassadeurs du Core Group étaient très discrets avant le début de la première contestation contre le président Jovenel Moïse. Le journal n’a pas pu entrer en contact avec d’autres participants à cette rencontre.

Réagir à cet article