Laurenée Gauvin, la chasseuse de « Domino »

Laurenée Gauvin n’est point une inconnue. Certains la connaissent comme ArtLaurea, nom que la plantureuse jeune femme utilise sur les réseaux sociaux qu’elle enflamme avec ses publications. D’autres ont fait sa connaissance récemment dans le dernier clip du groupe Enposib où elle part à la chasse du fameux Domino aux cotés de Medjy. Ticket vous propose de faire connaissance avec cette peintre et publiciste fière de son corps et de ses courbes, qui assure aussi bien à l’écran que dans son atelier.

Publié le 2017-10-10 | Le Nouvelliste

Ticket Mag -

« Dans ‘‘Domino’’, je joue un rôle. Je suis une actrice. Ce n’est pas Laurenée que vous voyez à l’écran mais l’actrice d'un scénario», souligne la jeune femme sur un ton amical, mais ferme. Une expérience qu’elle confesse toutefois avoir particulièrement apprécié. Ouverte, captivante et sympathique comme elle seule, Laurenée est toute excitée à l’autre bout du fil quand Ticket la contacte. Sans se faire prier, elle répond à nos questions avec une franchise déroutante. Avec force détails. Sans mâcher ses mots.

ArtLaurea n’est pas à ses débuts à l’écran. Avant « Domino », elle a déjà figuré dans deux pubs télévisées pour EDH et Valerio Canez aux côtés de Tonton Bicha. Pourtant la vie d’actrice n’est pas un must pour elle, sa seule vraie passion reste la peinture. « J’ai toujours aimé l’art. Toute petite à l’école j’adorais dessiner. Mon père faisait de la peinture et je prenais un plaisir fou à admirer son travail pendant que moi je dessinais au crayon », confie la jeune dame qui s’est pourtant lancée dans la peinture il y a seulement cinq ans. Elle craignait de ne pas s’en sortir aussi bien avec les pinceaux qu’avec ses crayons.

Native de Petit-Goâve, Laurenée Gauvin a grandi à Port-au-Prince. Elle a partagé ses études classiques entre l’École Cassagnol Desmangles, l’École internationale et le Collège Frantz Paillère avant d’émigrer aux États-Unis pour les boucler, et effectuer des études en assistance médicale. Une carrière qu’elle laissera vite tomber pour embrasser la peinture. Et depuis, c’est une belle histoire d’amour entre elle et ses pinceaux. « Je peins dans les moments de joie comme dans les heures de tristesse. Je peins l’état de mon âme. La peinture est la seule chose qui puisse m’apporter la joie », souffle-t-elle.

Ainsi, à travers la peinture, Laurenée exprime ses émotions, ses sentiments. « Je peins ce que je ressens », confie l’artiste dont la collection Escape, aux couleurs vibrantes, a connu un grand succès. « Il ne me reste plus une seule pièce de cette collection. Je l’ai peinte à la suite de la mort d’une tante, une période très sombre de ma vie », raconte Laurenée qui multiplie maintenant les expositions. Le 16 septembre 2017, elle a présenté sa dernière collection à New York. Très bientôt, elle compte exposer ses œuvres pour la première fois en Haïti. En attendant de concrétiser son rêve qui est d’ouvrir une galerie d’art sur sa terre natale, Laurenée Gauvin dit ArtLaurea caresse l’envie de faire des études en peinture et dessin afin de perfectionner son art et devenir meilleure.

Célibataire, la jolie artiste ne partage sa vie avec personne en ce moment sinon que sa petite fille de neuf ans et sa peinture, bien entendu. « En ce moment, je veux me consacrer entièrement à ma carrière », se justifie Laurenée qui dit être mariée à son art. Toutefois, elle ne serait pas contre une belle idylle. Mais pour avoir son cœur, les exigences sont nombreuses. Il ne suffira pas de lui offrir un domino, peu importe la valeur marchande de ce dernier ! « Il ne doit pas avoir d’enfants. Il doit s’investir entièrement dans la relation. Il doit avoir du caractère. Il doit m’apprécier, apprécier mon travail. Il doit être bon avec ma fille et surtout avoir peur de me perdre », exige la jeune femme, tout en précisant qu’il y a encore d’autres critères qu’elle ne peut pas dévoiler au grand jour.

La native du scorpion qui célébrera son 29e anniversaire le 2 novembre prochain vit actuellement à Washington DC. Là-bas, elle travaille pour le gouvernement américain à titre de thérapeute pour des enfants de 6 à 12 ans. Son temps libre, elle le consacre à son art et sa fille. 100% fan de Enposib, Laurenée est pourtant rarement présente aux bals du groupe. Elle préfère les sorties entre amis, se relaxer sur les belles plages de son pays, prendre un verre en bonne compagnie… Aussi, elle aime bien écouter de la musique lorsqu'elle peint. Par ailleurs, elle ne cache pas son amour pour les bons petits plats. Ce qu’elle déteste le plus ? Le mensonge. C’est le pire défaut aux yeux de l’amie d’enfance de Medjy Toussaint qui dit avoir un grand cœur. Toujours prête à pardonner, elle préfère la vérité, aussi blessante qu’elle puisse être.

Et, bien sûr, quand elle n’est pas occupée par ses diverses activités, elle prend plaisir à alimenter ses pages sur les réseaux sociaux, son compte Instagram en particulier où elle a amassé plus de 78 mille abonnés. Avec des photos la montrant dans son décor quotidien, tantôt candide et jolie comme un cœur, tantôt sexy à souhait, elle fidélise tout ce beau monde. « J’adore mon physique. J’aime mon corps, j’aime mes rondeurs et je prends plaisir à les montrer », admet Laurenée tout de go. Plus que satisfaite de sa plastique, elle ne cache pas son plaisir à mettre en évidence ces beaux atouts dont la nature l’a dotée. Et on ne saurait lui en tenir rigueur. Ou p ap suiv @artlaurea sou Instagram ? Il faut réparer ça. Ticket le recommande !

Réagir à cet article