Deuxième cohorte graduée au collège James M. Stine à Saint-Marc

Publié le 2017-09-25 | Le Nouvelliste

Société -

Vendredi, le 15 septembre 2017, a eu lieu la graduation de 17 enseignant(e)s du collège James M. Stine à Saint-Marc. Ces enseignant(e)s ont suivi une formation continue de trente crédits en pédagogie offerte par l’École normale supérieure (ENS) de l’Université d’État en Haïti en collaboration avec l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC). La formation a commencé en 2015 après deux cours de mise à niveau en français écrit et oral. Ils ont terminé en mai le programme et ont reçu un certificat en enseignement de l’ENS et une attestation d’études de l’UQAC lors de la graduation.

Il est à souligner que la première cohorte qui contenait 22 enseignant(e)s de l’Institut St-François d’Assise et de l’école La Minerve de Grand-Goâve a été graduée l’an dernier. L’École normale supérieure (ENS) compte bien poursuivre sur cette lancée en formation continue.

Ce projet de formation a été demandé par les Clercs de Saint-Viateur, plus spécifiquement le père Fritzer Valeur, csv, alors directeur de l’Institut St-François d’Assise. Ce dernier a évoqué le manque d’enseignants qualifiés dû, en partie, aux conséquences du tremblement de terre de 2010. Il devenait urgent de former le personnel qui, en majorité, n’avait pas atteint les études supérieures. La qualité de la formation des enseignants à travers le pays était mise en lumière depuis plusieurs années. Voilà pourquoi le père Fritzer VALEUR, csv, est allé se former à l’UQAC en éducation pour répondre aux besoins de formation continue des enseignants, notamment ceux qui sont en exercice.

Des démarches ont été entreprises pour institutionnaliser le programme de formation auprès de l’Université d’État d’Haïti. Un protocole d’accord interuniversitaire a été signé en 2013 avec les Clercs de Saint-Viateur (CSV), l’Université d’État d’Haïti (UEH) et l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC). Il a alors été convenu que le programme serait hébergé à l’École normale supérieure (ENS) et deviendrait la propriété de celle-ci.

Il a été possible de déployer ledit programme grâce au partenariat établi avec la congrégation des Clercs de Saint-Viateur en Haïti. Ces derniers ont pris en charge l'hébergement et le voyage des professeurs québécois.

Il importe de mentionner que le projet a été financé, en grande partie, par le Bureau de la très honorable Michaëlle Jean, alors Envoyée spéciale de l’Unesco pour Haïti. L’UQAC a prêté son expertise et a contribué aussi aux frais de déplacement du personnel québécois. Des professeurs de l’UQAC et un de McGill ont dispensé bénévolement la formation. Ils ont ainsi contribué largement au succès de ce programme. La gestion académique était assurée par Mme Pauline Minier, PH.D, professeure associée à l’UQAC et chargée de projets en Haïti au Bureau international de son université d’appartenance.

En dernière instance, le succès de cette formation reposait sur l’engagement et la persévérance du groupe d’enseignants. Ces enseignants ont suivi le programme tout en travaillant (travail-études). En outre, ils ont su composer avec la formule des cours intensifs et concilier le tout avec leur famille. Nous les félicitons pour leur succès.

Merci à tous ces acteurs qui ont à cœur l’amélioration de la qualité de la formation des enseignants ! Plusieurs experts et acteurs en éducation s’accordent pour dire que cette éducation de qualité passe par la formation des enseignants et enseignantes. Ils ont souligné que l’évolution même de la société, les changements constants, de tous ordres, qui prennent place à l’école, les adaptations conséquentes et les changements qu’il faut apporter à nos connaissances, à nos comportements et à nos pratiques ont, depuis longtemps, fait la preuve de la nécessité d’une formation continue tout au long de la vie. Faut-il appeler que ce programme de formation continue fait partie de mon sujet de recherche en vue de l’obtention de ma maîtrise en éducation à l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC).

Sincères félicitations aux diplômé(e)s!

Père Fritzer VALEUR, M.Éd.

Réagir à cet article