La BRANA projette de doubler sa capacité de production d’ici les prochaines années

Pour la conférence inaugurale du programme « Investir en Haïti », le vice-rectorat aux affaires académiques et la direction des affaires étudiantes de l’Université Quisqueya (UNIQ) a accueilli le directeur général de la Brasserie nationale (BRANA), Wietse Mutters. Au cours de cette conférence-débat, M. Mutters a fait état de l’institution qu’il dirige et affirme qu’elle se pointe au cinquième rang des brasseries de la Heineken en Amérique et promet sous peu de doubler sa capacité de production.

Publié le 2017-09-11 | Le Nouvelliste

Economie -

La BRANA est appelée à perdurer dans le milieu haïtien. Le rachat de cette entreprise par la Heineken en décembre 2011 ne modifie pas la donne. C’est en tout cas l’avis de Wietse Mutters, le directeur général de cette institution. Le haut management travaille, soutient-il, sans relâche afin d’augmenter la capacité de la brasserie et de la maintenir comme une référence à travers la région. Ainsi, plus de 150 millions de dollars ont été investis dans cette entité en termes d’équipements au cours des dernières années. Les responsables rêvent de devenir la seule référence dans le domaine des boissons gazeuses en Haïti d’ici les trois prochaines années.

Si l’on en croit le directeur général, l’institution s’implique profondément dans le développement économique du pays. Elle ne compte pas moins de 1 200 employés directs et de 55 000 employés indirects. La BRANA, poursuit-il, se place en deuxième position en termes de paiement de taxes avec 1.6 milliard de gourdes dans le dernier exercice. De plus, l’entreprise que dirige M. Mutters stimule les achats locaux en signant des partenariats avec des producteurs locaux.

Pour l’instant, cette entreprise produit 14 boissons différentes et représente 0,5% des chiffres d’affaires de la Heineken, qui elle-même détient 70 brasseries à travers le monde et dont les produits sont écoulés dans 170 pays. Le chiffre d’affaires de la Brasserie pour cette année est de 150 millions de dollars et le directeur général croit que ces chiffres ne sont pas à la hauteur d’une entreprise de cette trempe. Depuis plusieurs années, le marché haïtien de la bière est en plein essor. La tendance fait croire que la demande continue d’augmenter d’année en année. Le développement du marché ne suit malheureusement pas. Les responsables projettent donc de changer la donne.

Pour y arriver, il est prévu d’adopter tout ensemble de mesures notamment rendre les produits de la BRANA plus présents dans le pays. C'est pourquoi des investissements importants seront encore consentis. En 2017, la brasserie ne compte rien que deux dépôts en province. D’ici les prochaines années, le nouveau management promet d’augmenter significativement ces derniers afin d’être en adéquation avec la vision de l’entreprise.

Toutefois, le directeur général sollicite l’apport de toute la société afin de mieux desservir sa clientèle. Dans le fonctionnement de l’institution en question, l’environnement haïtien constitue un handicap majeur. Le milieu haïtien est, laisse entendre M. Mutters, réticent à l'implantation de normaux investissements directs étrangers. Les problèmes, argumente-t-il, sont à tous les niveaux. Le manque d’infrastructures, la carence des techniciens qualifiés, le manque de fournisseurs de services, sont entre autres, problèmes ciblés par le DG.

La Brasserie nationale est la société leader des boissons en Haïti. Elle produit, commercialise et distribue plusieurs marques de bière dont la plus connue demeure la bière Prestige. Elle produit également la Malta H et Guinness ainsi que divers marques de boissons gazeuses sous licence PepsiCo. Heineken a acquis sa participation initiale de 22,5% dans la société en 1985 avant de devenir le seul propriétaire en décembre 2011. Par rapport à la réticence de certaines grandes entreprises étrangères à investir en Haïti, Wietse Mutters se propose de servir d’interface afin de les convaincre à venir investir dans le pays.

Réagir à cet article