Wallonie-Bruxelles, 20 ans en Haïti: écrivains haïtiens et étrangers en tournée

Publié le 2017-09-12 | Le Nouvelliste

Culture -

Port-au-Prince, Petit-Goâve, Jacmel, les Cayes, Cavaillon, Camp-Perrin, Port-Salut, Jérémie, tels sont les lieux de tournée dédiés au programme Urgence de lire pour la rentrée de septembre. Cet événement apporte une bouffée de fraîcheur littéraire. Le public retrouvera ces auteurs : Geneviève Damas, Martine Fidèle, Dany Lafferière, Sean Mills, Laure Morali, Blaise Ndala, Rodney Saint-Éloi, Gary Victor et Dominique Gillerot (CEC).

Pour le P.D.G. de Mémoire d'encrier, Rodney Saint-Eloi, «cette tournée est l’aboutissement de 5 années du programme Urgence de lire, mis en œuvre par la Direction nationale du Livre (DNL), les éditions Mémoire d’encrier et l’ONG belge Coopération Éducation Culture (CEC), avec le soutien de Wallonie-Bruxelles International (WBI). Ce programme a contribué à renforcer les fonds des bibliothèques publiques, de proximité et d’établissements scolaires, à faire connaître les auteurs haïtiens, africains et caribéens en Haïti.''

2017 marque le 20e anniversaire de la coopération bilatérale entre Haïti et WBI. La tournée s’inscrit dans une programmation « spécial anniversaire » qui concerne différents secteurs socio-culturels tant en Belgique qu’en Haïti. Les partenaires du programme Urgence de lire proposent donc une tournée, allant de Port-au-Prince jusqu’à Jérémie, où la distribution de livres a été reportée suite au passage de l’ouragan Matthew. Des auteurs haïtiens, belges et québecois accompagneront la tournée. C’est une véritable caravane qui se met en route pour une action d’envergure en faveur du livre et de la lecture. Elle comprend distribution de livres, rencontres, ateliers et animations.

La tournée Urgence de lire démarre à Petit-Goâve, ville de prédilection de l'académicien Dany Laferrière, très présente dans ses livres.

Par cette tournée, Rodney souhaite que le livre soit au centre des préoccupations sociales. Le livre est une «arme miraculeuse», sujet et objet d’espoir et de dignité pour des milliers de jeunes, qui rêvent d’écrire. Faire lire en Haïti est, en dehors du plaisir, un investissement sur le temps, la citoyenneté et le vivre-ensemble.

Réagir à cet article