Septentrional

Roger Colas : L’une des grandes stars du XXe siècle

Publié le 2017-09-18 | Le Nouvelliste

Société -

Islam Louis Etienne

Les grands hommes sont ceux qui refusent de voir notre propre histoire nous échapper. Ceux qui luttent pour marquer chaque étape de notre vie par des images irréversibles, intemporelles et constructives. Ceux qui œuvrent réellement pour un meilleur état futur de leurs pays ou de l’humanité toute entière. Ceux par qui arrivent les grands tournants de l’histoire. Ceux qui, de par leurs fortes passions et leur caractère hors commun,ont su rassembler les autres hommes pour leur donner d’autres raisons de vivre et d’autres motifs de joie et de plaisir. Ceux qui, tout en faisant leur travail régulier et quotidien, ont pu motiver et stimuler d’autres gens à les imiter, à les ressembler et à les prendre pour modèles. Ceux qui, sans contrainte ni obligation, ni contact personnel, ont su sensibiliser tout un secteur par leur style, leur habilité et leur savoir-faire. Ceux qui, même ¼ de siècle après leur disparition physique de ce monde, refusent de sortir de notre univers comme un parfum que le bain n’arrive pas à atténuer encore moins à effacer. Ceux que nous avons encouragé par notre présence, notre participation à leurs différentes prestations. Ceux que nous avons aidés à grandir et qui ne seraient absolument rien sans nous. Ceux qui sont l’œuvre d’une rencontre avec des circonstances favorables et une humanité prête à les suivre. Roger Colas est un produit de cette noble aventure transformée en révélations. Donc l’histoire ne saurait se résumer à l’action de quelques hommes, mais elle est le produit de l’activité de l’humanité toute entière. Il revient donc à chacun de réfléchir sur sa vie et d’œuvrer pour que le meilleur puisse advenir.

Certains hommes ont marqué l’histoire de leur pays ; d’autres plus remarquables ont changé la face du monde. Il serait peut-être important de montrer le portrait de trois hommes qui ont changé l’histoire et parfois au prix de leur propre sang.

Mohandas Gandhi, un homme simple parmi les grands hommes. Il a été un dirigeant spirituel et un guide important dans le mouvement d’indépendance de son pays. Il a inspiré de nombreuses personnalités dans des mouvements de libération et de droits civiques autour du monde.

Martin Luther King, un militant non violent pour la cause des droits civiques aux U.S.A. Il s’est prononcé ouvertement en faveur de la paix et a lutté intensément contre la pauvreté. Il a prôné des actions non violentes pour défendre le droit de vote, pour mettre fin à la ségrégation raciale et pour favoriser l’emploi des jeunes issus des minorités.

Nelson Mandela qui est mondialement connu pour sa lutte contre le système politique d’apartheid et la ségrégation raciale, a été arrêté puis condamné à la prison et aux travaux forcés à perpétuité. Après 26 ans d’emprisonnement, il devient le premier président noir de l’Afrique du Sud.

Roger Colas : Célébrité ou star

Certains lecteurs ont tendance à limiter l’histoire à la politique uniquement. Pour vivre, l’homme ne fait pas seulement de la politique et même celui qui vit essentiellement de la politique ne peut négliger les autres secteurs d’activité. L’histoire embrasse justement l’ensemble des activités humaines. Roger Colas est un artiste chanteur dont le profil a déjà été inscrit dans plusieurs autres textes. Il n’a certainement pas l’étoffe des trois grands hommes présentés mais il représente pour nous autres Haïtiens une lumière qui a éclairé et revalorisé le métier d’artiste. Il a dû parcourir un chemin cahoteux, très long et très difficile d’abord pour se faire accepter par tous les secteurs comme un professionnel qui vit des fruits de son travail, ensuite pour ouvrir les portes de tous les salons, dans toutes les sociétés, aux artistes si longtemps rejetés par le milieu. Sans violence et avec la manière, il a apporté une contribution assez importante au métier de chanteur spécialement et au développement de la culture nationale en général. Il a commencé à évoluer dans un périmètre géographiquement réduit contenant uniquement des fanatiques et des sympathisants de l’orchestre Septentrional, au beau milieu des années 1950. Chemin faisant, il a attiré sur lui l’attention du public en général et des medias en particulier. Il a été l’un des tout premiers artistes chanteurs haïtiens à avoir au cours d’une soirée dansante défini un espace qui lui est propre: ’’Les heures intimes’’. Cet espace porte ses empreintes, son tempo avec sa voix comme élément déterminant, comme dénominateur commun, comme détonateur, comme marque de fabrique. Il devint ainsi une personnalité publique, connue et adulée d'un public tout acquis à sa cause. Certaines personnalités ayant laissé depuis longtemps déjà les activités mondaines pour des raisons diverses se sont déplacées rien que pour voir l’artiste à l’œuvre. Elles n’ont pas dansé et ont attendu patiemment ce moment de grandes ivresses et d’intimité sans borne. Ce décor est planté autour d’un homme qui hypnotise, fascine, endormit et berce tous les mélomanes rien qu’avec sa voix. Lorsque les mass média se mêlent de la partie en diffusant l’enregistrement de certaines soirées au cours desquelles l’artiste s’était dépassé, il gagne en audience et en popularité. Il se crée des adeptes et devient une idole. Il représente une célébrité pour la ville, pour la région et pour le pays parce que cette histoire est une situation de fait vécue par certains, relayée par la presse et entendue par d’autres. Colas est devenu une personne de renom qui est connue pour ses prouesses et ses acrobaties artistiques. Un artiste qui a fait rêver, qui est arrivé à détacher de ce monde matérialiste et difficile dans lequel nous pataugeons. Il n’est pas donné à tout un chacun d’avoir autant d’atouts et de jouir d’autant de possibilités.

Malheureusement Roger a perdu la vie à la suite d’un terrible accident le 14 septembre 1986, et c’est après sa mort qu’il est devenu réellement célèbre. Parce qu’il n’est plus là pour s’adresser et pour sensibiliser son public. Il a laissé un vide qui n’est jusqu’aujourd’hui pas comblé. C’est longtemps après sa mort qu’on a compris son importance, sa classe et le rôle qu’il a joué au sein de l’orchestre. Il a connu une popularité posthume. Sa célébrité avant ou après ne fait aucun doute et ne souffre d’aucune discussion.-

On peut être une célébrité sans être une star. La star est quelqu’un qui s’impose dans son champ d’action au moins nationalement et, plus généralement, connu internationalement. Elle se retrouvesurtout dans les professions qui font rêver comme les milieux artistiques. On est d’abord célèbre avant de devenir une star. Colas a connu la célébrité avant sa mort. Mais le renouvellement et l’amélioration de ses performances, son travail assidu pour avoir, après chaque prestation, de nouveaux adeptes, de nouveaux fanatiques dans de nouveaux firmaments qui le suivent comme un chien à la recherche d’un os, lui ont permis de devenir une star.-

Actuellement nous avons plus de 4 millions d’Haïtiens qui vivent en dehors du pays. Certainement ils ne sont pas tous capois, mais ils sont tous haïtiens. Une musique de Roger Colas est un véritable remède contre la nostalgie, un lien pour se sentir encore proche de la famille qu’on a laissée en Haïti; un doping moral pour mieux supporter les contre-bas des civilisations modernes et agressions des autres continents ; une cure contre les atrocités et les affronts d’une société gloutonne et déchéante; un câlin contre les vicissitudes d’une vie menée à un rythme accéléré et époustouflant ; une véritable thérapie contre la déshumanisation et la robotisation. Là où ils sont, ils ont tout à leur portée et pourtant ils ne sont pas heureux pour autant. Il leur manque un peu de saveur locale. Le plus gros cadeau qu’on puisse faire à un Haïtien de la diaspora est de lui offrir un produit typiquement haïtien. Un CD de Roger Colas n’est pas un cadeau à négliger.-

Roger Colas a vendu avantageusement son nom dans le secteur ; il a construit toute une entreprise autour de sa personne. Même ceux qui n’ont pas eu la chance de le rencontrer physiquement le connaissent de nom et en de très bons termes. Il a toujours été un personnage populaire et public ; l’un des meilleurs dans son domaine qui s’est dévoué à développer ses aptitudes et compétences pour s’améliorer chaque jour davantage. Il s’était fait connaître un peu partout tant à l’intérieur comme à l’extérieur du pays comme un révélateur et un enfant terrible de la chanson. Il n’avait peur de rien. On lui reprochait toujours de boire trop d’alcool, il tournait ce désavantage en force en faisant remarquer que l’artiste atteint sa plénitude lorsqu’il est à moitié grisé. Roger était une mégastar avec une étoffe sans envers dont le nom scintille toujours dans le firmament haïtien. Car

Il faut savoir pour oser

Oser pour vouloir

Vouloir pour avoir l’empire

Et pour régner, il faut se taire !

Islam Louis Etienne

Réagir à cet article