Nick Friedman : « Le basket haïtien est sur une très bonne voie »

En vue de mettre en place une sélection nationale de basket-ball pouvant rivaliser avec les pays de la zone, voire batailler pour une place dans les grandes compétitions mondiales, Haïti peut compter sur trois grandes stars qui évoluent aux USA (Skal Labissiere, Nerlens Noël et Cady Lalanne). Pour compléter cette éventuelle équipe nationale, Nick Friedman, membre du staff technique, a pu réaliser un camp d’entraînement avec de jeunes Haïtiens vivant en Floride. Il a accepté volontiers de fournir les détails au Nouvelliste.

Publié le 2017-09-06 | Le Nouvelliste

Sport -

Le Nouvelliste : Quel a été l’objectif principal de ce camp d’entraînement ?

Nick Friedman : Le but de ce camp d’entraînement, tenu à « Norland Higch School », situé à North Miami Beach (Floride), était de détecter les jeunes basketteurs haïtiens,qui évoluent en Floride, ayant la capacité de porter éventuellement les couleurs de la sélection haïtienne de basket-ball. Au fait, il s’agit aussi pour nous de démontrer qu’en Haïti nous voulons mettre en place une très forte équipe, dépassant l’attente des gens qui nous suivent. Pour le reste, nous voulons montrer à tout le monde que nous autres, au niveau du staff technique, nous faisons de sérieux efforts afin de transformer l’idée d’une éventuelle sélection nationale en réalité.

LN : Que je sache, le camp du 12 août a été réservé aux jeunes ?

NF : Évidemment. Les participants, visiblement contents d’y être, étaient âgés entre 17 et 24 ans. Il faut signaler que le 24 août, on avait eu une séance spéciale avec Cady Lalanne (joueur de San Antonio Spurs). Il a déclaré ouvertement qu’il était prêt à porter les couleurs d’Haïti. Nous sommes contents qu’il désire jouer pour la sélection.

LN : Quelle est votre impression au terme de ce camp ?

NF : L’entraînement était extrêmement productif. L’énergie, l’effort et le désintéressement de ces jeunes étaient incroyables. Ils se sont battus pour montrer qu’ils méritent une place au sein de l’équipe nationale. Ils ont été très reconnaissants de l’opportunité de participer à un tel événement organisé par la Fédération haïtienne de basket-ball. Nous avons pu rassembler un groupe de joueurs qui évoluent au niveau des collèges. Citons entre autres, David Jean Baptiste (University of Tennessee Chattanooga) et Sandro Noel (Southern University). Nous avons également eu plusieurs autres qui jouent au niveau du secondaire. Dans l’ensemble, j’ai été satisfait de la prestation de ces gamins. Le niveau de leur talent m’a beaucoup plu.

LN : Est-ce qu’il y aura d’autres camps à venir ?

NF : Il y a encore un certain nombre de joueurs haïtiens talentueux qui vivent en Floride que nous aurons à évaluer éventuellement. Nous sommes toujours à la recherche de talents. C’est pourquoi on aura un prochain camp d’entraînement. Idéalement, nous aimerions l’organiser avant la rentrée des classes.

LN : Que symbolise pour vous la présence d’Aaron Winshall dans ce camp d’entraînement va-t-il vous rejoindre au niveau du staff ?

NF : Oui. Aaron Winshall est un atout incroyable pour la fédération. Il est extrêmement enthousiaste de représenter le basket haïtien et Haïti dans son ensemble. Il est impératif que nous ayons des personnes talentueuses et authentiques. Et Aaron est l’incarnation de ces deux qualités.

Le Nouvelliste : Pour clore cet entretien, comment ça marche entre vous et la FHB ?

Nick Friedman : Henri Joseph Jean, le reste de la fédération et moi, nous sommes en communication constante. Je suis vraiment content de la façon que ça marche. Nous sommes sur une très bonne voie et j’espère que nous concrétiserons notre rêve.

Réagir à cet article