Le chanteur Darlin Johancy en résidence artistique à Jacmel

Publié le 2017-09-05 | Le Nouvelliste

Culture -

À l'invitation de Magnum productions sous la houlette de l'ingénieur Charlemagne Fortun, depuis le mois de mai, le chanteur-guitariste Darlin Johancy est en résidence de création artistique dans la ville de Jacmel.

Darlin Johancy, guitariste doublé de poète, profite pleinement de sa résidence de création pour visiter la ville de Jacmel, animer des ateliers de musique et de poésie et surtout pour peaufiner au maximum son deuxième opus qu'il souhaite titrer « Ekri ». Une palette de musiciens seront invités sur ce disque qu'il compte sortir en novembre 2017 : Oxyde Duverné (bassiste et coarrangeur), Blaise Duverné (batterie), Georges Casséus (percussions), Ismaël Jean (saxophone), Jean Wisly Jean-Francois (guitare), Melchisedek Luxama (piano) et le poète-cinéaste Wilson « Ti lanp » Edmond.

« La ville de Jacmel est synonyme d'hospitalité et de créativité par excellence. C'est une terre d'accueil et de création », déclare Darlin Johancy, ce natif de Carrefour qui veut s'installer définitivement dans la métropole du Sud-Est.

Né le 8 janvier 1988 dans la banlieue de Carrefour (Lamentin 54), Darlin Johancy a fait ses études primaires au Village de Micky (Carrefour). Ses études secondaires, au Collège Adventiste de Diquini et à l'Institution la Source. Il a entamé jusqu’à la 2e année des études universitaires, notamment en diplomatie et en relations internationales avant de se consacrer définitivement à la musique. Très jeune, il a été exposé au domaine musical, grâce au support et à l'accompagnement de ses parents, se souvient-il encore. « Mon père possédait une intéressante collection de 33 tours qu'il faisait jouer régulièrement le dimanche matin, mais, surtout, ma mère me plongeait quotidiennement dans les hymnes de son assemblée religieuse. Mes premiers jouets furent des instruments, car ils voulaient que je partage cet amour qu'ils ont pour la musique depuis leur enfance ».

A l’âge de 25 ans, soit en 2013, il est sorti lauréat du concours de musique « Next Beat Haïti », coorganisé par l'association musicale Ayiti Mizik et la fondation Haïti Jazz. En 2013, il sort son premier disque titré « Rêve Grand », produit par le label Magnum basé à Jacmel et sur lequel on retrouve le titre « Ma tante », morceau vidéoclipé.

Selon Darlin, concepteur de la soirée hebdomadaire « Jeux-dits poésie » dans les bars à Jacmel, la musique est une porte ouverte sur l'Éternité. L'artiste est immortel dans la mesure où il contribue à l'éveil de la sensibilité. « À travers mes chansons aux accents Rn’b, jazz, troubadour, je véhicule des messages de construction de l'être, de développement personnel ».

Fan inconditionnel des musiciens comme Turgot Théodat, Mushi Widmaïer, Lyle Mays, B.I.C, Jean Jean Roosevelt, le chanteur Darlin Johancy espère matérialiser ses rêves d'artiste afin de permettre à tout un chacun de découvrir tout ce qui est positif en lui. Il souhaite que les jeunes qui se lancent dans le circuit musical s'arment de courage et de persévérance, car dans ce contexte marqué par la précarité économique, faire de la musique en Haïti devient de plus en plus un passe-temps qu'un métier. « C'est un pari fou que certains jeunes obstinés et rêveurs tenteront encore et encore. Le travail acharné, innovateur, constant et stratégique sera récompensé », déclare-t-il.

Réagir à cet article