La remobilisation de l’Armée face au choix du haut commandement. Quelle alternative : « Le commandement provisoire » ?

Publié le 2017-09-05 | Le Nouvelliste

Idées & Opinions -

L’Indépendance d’Haïti en 1804 est le fruit de batailles de l’armée indigène avec de maigres moyens et sans véritable savoir-faire. L’Armée comme toutes les institutions haïtiennes n’a pas su résister aux faiblesses structurelles et institutionnelles propres à certains secteurs puissants de l’époque.

Ainsi il faut inéluctablement faire plaider en faveur du renforcement des institutions étatiques au sens large pour enfin parvenir à l’état de droit escompté par tous les fils et toutes les filles d’Haïti. Face à cet état de fait, devrait-on sanctionner ou démobiliser l’Armée ? La Constitution haïtienne, même abrogée le 9 mai 2011 reconnaît deux forces : La Police et l’Armée avec des missions différentes.

La Police a pour mission de protéger les vies et les biens et comporte différentes unités relevant du ministère de la Justice et de la Sécurité publique (MJSP); elle est donc l’auxiliaire de la Justice. L’Armée, de son côté, a été instituée afin de garantir la sécurité et l’intégrité du Territoire de la République (art. 264 de la Constitution du 9 mai 2011).

Dans le contexte de la globalisation, « le monde est un village » protégé par les lois et conventions internationales issues du droit international public ; l’Armée de son côté, peut protéger l’intégrité du territoire du pays, lutter contre la contrebande, le terrorisme de toutes sortes, les crimes cybernétiques. Bref, elle est une institution pouvant aider à garantir la souveraineté nationale. Malgré son caractère légal et constitutionnel, les secteurs puissants ont lutté contre cette institution noble et républicaine en 1994 jusqu’à sa démobilisation.

Comment doit-on procéder pour parvenir à la remobilisation de l’Armée ? Le processus de remobilisation l’Armée doit être guidé par la Constitution, suivant le livre blanc qui a été rendu public par le gouvernement de Joseph Michel Martelly.

Cependant, il faut incessamment susciter des réflexions citoyennes autour de ce sujet patriotique et d’intérêt public. Néanmoins, a-t-on les moyens nécessaires pour remobiliser l’armée ? Il est évident que la remobilisation de l’armée survient dans un contexte de précarité économique et financière, voire même budgétivore.

Le haut commandement a une importance capitale dans le processus de remobilisation de l’Armée. Cependant, on constate que les méthodes privilégiées ont été faites en aval c’est-à-dire, d’abord par le recrutement des soldats. Maintenant le processus de recrutement des généraux (haut état-major) est de mise et doit être conduit méticuleusement en tenant compte des différents paramètres dans les dossiers des éventuels postulants que l’on peut citer : le respect des droits humains pendant leur parcours dans l’armée, n’avoir commis aucun acte de corruption et de mauvaise gouvernance, le respect du drapeau et de la Constitution.

Selon la Constitution abrogée le 9 mai 2011, le commandement en chef doit être dirigé par un officier général ayant pour titre Commandant en chef (art 264.1) avec un mandat de trois (3) ans renouvelables.

L’officier général doit être choisi parmi les généraux en service. Cependant, par rapport au contexte sociopolitique, il faut incessamment envisager de lancer un recrutement public « d’un commandement provisoire » à l’intention des anciens généraux n’ayant jamais violé les droits humains dans leur cheminement, ou posé des actes répréhensibles contre la société et la moralité publique.

Les généraux recrutés formeront le haut commandement provisoire avec un mandat d’une année renouvelable à compter de sa nomination par arrêté présidentiel avec implication du Parlement. Ce commandement provisoire permettra la transmission de connaissances aux nouveaux soldats recrutés en restructurant cette institution militaire afin de la protéger d’un éventuel œil du cyclone, pour qu’elle puisse recouvrer sa vitesse de croisière au profit du peuple haïtien et de la démocratie !!!

Réagir à cet article