Quand le ministère des Affaires étrangères banalise l’assassinat de quatre Haïtiens en République dominicaine

Publié le 2017-08-28 | Le Nouvelliste

Editorial -

Onze jours après les premiers articles publiés dans la presse dominicaine sur la bastonnade suivie d’agressions sexuelles et de pendaison de quatre Haïtiens dans une prison dominicaine, le ministre haïtien des Affaires étrangères n’a toujours pas fourni la moindre explication. Il n’y a jusqu’à présent aucune protestation ni condamnation du gouvernement haïtien de ces crimes odieux commis à l’intérieur d’une prison de la capitale dominicaine. Si la presse dominicaine n’avait pas donné une large diffusion à cet acte criminel, il n’y aurait peut-être pas une action judiciaire aussi célère des autorités dominicaines dans le traitement de ce dossier, étant donné l’inaction du gouvernement haïtien.

Rien n’indique que la mission diplomatique haïtienne en territoire dominicain avait soumis un rapport à la chancellerie sur ce dossier, en temps opportun. Cela ne devrait surprendre personne, car la plupart des missions diplomatiques haïtiennes à l’étranger, avec leur personnel pléthorique et incompétent, ne sont pas à la hauteur de leurs responsabilités. Il s’agit d’hommes et de femmes qui sont placés dans ces ambassades et consulats sur recommandation d'hommes politiques. Si la presse haïtienne a été informée de ces crimes horribles à partir des médias dominicains, qu’est-ce qui empêche le ministère haïtien des Affaires étrangères de se renseigner des moindres événements survenus en territoire voisin à partir de la presse dominicaine? Il n’est un secret pour personne que toutes les informations transmises par les médias haïtiens qui concernent la République voisine sont enregistrées, décryptées et passées au peigne fin par des cadres de la chancellerie dominicaine. Quoique l’ambassade dominicaine à Port-au-Prince ne rate aucune occasion pour renseigner son ministère de tutelle sur tout événement survenu en Haïti qui concerne de près ou de loin la République voisine.

Il a fallu une note de l’ambassade dominicaine à Port-au-Prince annonçant que quatre Dominicains qui tentaient d’utiliser Haïti comme escale pour se rendre à Porto Rico sont incarcérés dans une prison haïtienne pour que toutes les instances concernées par ce dossier réagissent en territoire voisin. Le gouvernement dominicain, à travers le ministère des Affaires étrangères, le protecteur du citoyen, les organisations de défense des droits humains et les parents de ces quatre Dominicains, s’informe régulièrement du traitement accordé à ces individus dans le centre carcéral où ils se trouvent.

Avec quel sentiment le ministre Antonio Rodrigue continue de constater le dévouement de la chancellerie dominicaine pour assister ses ressortissants en Haïti, alors qu’il affiche son indifférence sur l’assassinat de quatre Haïtiens en territoire dominicain ?

Pendant combien de temps les institutions haïtiennes vont continuer à être dirigées par des personnalités qui ne sont imprégnées ni du sens de l’honneur, de la dignité ni du savoir-faire ?

Lemoine Bonneau@lenouvelliste.com

Réagir à cet article