Les autobus « Dignité » à genoux au Cap-Haïtien

Publié le 2017-08-11 | Le Nouvelliste

National -

Rien n'est encore sûr pour une reprise des activités au sein du service de transport scolaire "Dignité " dans la deuxième ville du pays, à moins d'un mois de la réouverture des classes.

Au marché touristique, sur le wharf, du Cap-Haïtien s'entassent des carcasses et quelques rares autobus devant assurer le transport des écoliers.

Le responsable de la compagnie dans la cité christophienne, Jocelyn Dolcé, contacté par le journal, indique que seulement 3 des 10 autobus sont actuellement fonctionnels au Cap-Haïtien.

Faute d'entretien, les autres autobus sont restés cloués au sol, le plus souvent pour des problèmes de frein, de pneu ou encore de batterie.

Tout se décide dans le bureau central, indique Jocelyn Dolcé, qui déplore, dans la foulée, le fait que la compagnie n’a pas d’autonomie financière à résoudre ce genre de difficultés.

« Même pour une batterie, nous sommes obligés de faire une réquisition à Port-au-Prince, qui, habituellement, tarde, à être exécutée », déplore M.Dolcé, optant pour un service subventionné, mais non gratuit.

Selon lui, la décision de l'ancien président Joseph Michel Martelly de rendre le service de transport scolaire totalement gratuit a affaibli la compagnie, quoique bien accueilli par les écoliers et les parents.

Dolcé explique qu'avec les 1500 G. de cotisation, la compagnie avait une certaine autonomie financière, pouvant dépanner certains problèmes urgents, ce sans besoin d’attendre de décaissement du pouvoir central, à travers le ministère de l’Économie et des Finances, pour faire face à certaines urgences.

Véritable poule aux oeufs d'or pour les parlementaires, la compagnie regorge de quelque 139 employés, dont 5 mécaniciens.

Responsables, parents et écoliers espèrent une intervention du chef de l'État pour remédier à la situation et permettre au personel écolier de jouir des services de la compagnie "Dignité ".

Réagir à cet article