Les vœux d’anniversaire de Septent à Tropic !

Publié le 2017-08-09 | Le Nouvelliste

Société -

Islam Louis Etienne

« Le profit n'est pas la finalité de l'entreprise, mais l'indispensable condition de sa pérennité. C'est aussi la meilleure mesure de son succès. »

Alain Gide

L’aventure d’une vie jalonnée de blessures et de plaies ne s’efface jamais. Elle est par contre compensée par les multiples satisfactions obtenues et l’importance que la société accorde à son travail. Tropic est le fruit d’un travail de longue haleine, basé sur le triomphe de la persévérance et de la foi. Ils (les groupes musicaux) étaient très nombreux au départ et on peut les compter sur les doigts d’une main sur la ligne d’arrivée à cause des problèmes de structure et d’organisation ; à cause de certaines luttes d’influence. Les orchestres du Nord ont défié le temps et font exception à la règle.

Avant 50 ans de fonctionnement et de performance régulière et permanente, on parlait de la vieillesse de la jeunesse. Après 50 ans, on parle de la jeunesse de la vieillesse avec une richesse innombrable de mille moments, les uns plus pathétiques que les autres.Tropic est toujours vigoureux. Il est en jambe pour marcher encore longtemps ; pour saisir en marche le train du présent et pour scruter d’autres horizons et de nouveaux continents.-

Le monde dans lequel nous vivons et que nous sommes appelés à aimer, à servir et à façonner, même dans ses contradictions les plus profondes et dans ses valeurs les plus atomisées, exige le renforcement des synergies, la conjugaison des efforts dans tous ses aspects pour promouvoir la culture nationale et faire rayonner la littérature musicale haïtienne.

Tropic est l’un des principaux fers de lance de cette lutte infernale qui a su attirer les regards sur la discographie haïtienne.

L’anniversaire de Tropic ne saurait se concevoir dans une limitation de la pensée, ni dans un clivage sectaire prôné par certains fanatiques écervelés qui croient pouvoir faire de ce dossier une affaire privée et exclusive; mais c’est une garantie de l’unité, une affaire d’État, une confirmation sans ambages que Tropic est un monument national qui appartient à la nation. L’orchestre Septentrional, le doyen de la musique haïtienne, ne saurait se taire en de pareilles circonstances.

Musique et société se donnent la main. Elles sont synonymes pour les orchestres qui ont gagné leurs gallons sur les champs de bataille et dont les lames de vitres de leurs fenêtres constituent des émonctoires par lesquels ils transmettent leurs émotions qui font toujours sensation. Ces orchestres sont de véritables institutions qui se sont intégrées dans la vie de la nation et qui remplissent l’espace socioculturel haïtien.

La musique n’est autre chose que « le marcher ensemble» du troupeau des mélomanes guidés par les bergers (les groupes musicaux) sur les sentiers de l’histoire à la rencontre d’un mode d’expression qui traduit fidèlement la réalité quotidienne. Il faut comprendre que l’unique autorité musicale du pays est l’autorité de services. Aucun groupe musical ne saurait à lui seul satisfaire toutes les demandes et répondre à tous les appels de la communauté. Or, la société est un tout global et compact .Pour fonctionner correctement, la poule aux oeufs d’or doit pouvoir utiliser ses deux pattes sans aucune distinction ni préséance.Les autres parties de son être ne sont pas indépendantes de ses deux pattes. Toute défectuosité au niveau de l’une de ses pattes entraîne automatiquement un déséquilibre au niveau du corps social.

Notre regard s’élargit aussi sur l’humanité. La culture haïtienne est comme un étendard levé parmi les nations d’une façon telle que, même en évoquant la distraction, la participation, la solidarité, les traditions et les mœurs, elle remet souvent le destin de ces peuples en entier entre les mains avides de groupes musicaux restreints, expérimentés et éprouvés.Tropic marche au milieu des hommes et fait tache d’huile. Il participe activement aux tourments et aux palpitations trépidantes de l’histoire.

Cultivons le rêve que le redressement de la dignité inviolable des peuples et de la fonction de service de l’autorité musicale puisse aider aussi la société à se construire dans la justice, dans la tolérance et dans la fraternité, générant ainsi un monde plus beau et plus digne de l’homme pour les générations qui viendront après nous!

Le Nord d’Haïti continue inlassablement sa route en construisant de nouvelles citadelles aussi remarquables que celle réalisée par le roi Henri Christophe à Milot. L’Unesco a reconnu qu’elle est une œuvre gigantesque ; l’une des perles de notre pays qui fait partie de notre emblème. Plus de deux siècles après sa construction, nous continuons à l’exposer fièrement et orgueilleusement au monde entier; à la dévoiler à tous ceux qui la connaissent très peu et à la présenter comme un bibelot aux touristes.

Septent et Tropic seront les prochaines citadelles à ériger. Pour que leurs rayons puissent continuer à éclairer nos chemins dans les temps à venir, il faut leur apporter notre appui total et notre support inconditionnel. Tropic a déjà fait l’essentiel; il lui reste maintenant à réaliser l’inimaginable en multipliant son âge actuel par un diviseur de 25.

Bonne fête Tropic! Va plus loin !Ad multos anos!

Pour l’orchestre Septentrional

Islam Louis Étienne

Août 2017.

Réagir à cet article