Un conte de Shakespeare sur les planches de la « Union School »

Les 16 et 17 juin 2017, l’Institut de danse Lynn Williams Rouzier présente « A midsummer night’s dream », une adaptation en ballet d’un conte de William Shakespeare. Le numéro qui tient en une heure et une poignée de minutes sera suivi d’une partie de danse moderne. Marynn et Lynn, les ladies à la tête de l’équipe de 200 danseurs, souhaitent que le public puisse venir en foule pour s’imprégner de cette histoire onirique qui sera rehaussée tant par les pas que par les costumes d’époque pour quitter, selon elles, le temps du show notre réalité.

Publié le 2017-06-14 | Le Nouvelliste

Ticket Mag -

. On a toujours associé à tort l’IDLWR au ballet folklorique. Même si, en mars, l’école a présenté un spectacle baptisé Rootz, par conséquent 100 % racine, ce n’est point une raison suffisante pour ne la confiner qu’aux rythmes du terroir. Lynn rappelle que la base de son institution est le ballet classique. Par le passé, elle a présenté la plupart des morceaux du répertoire classique dont « Le lac des cygnes », « La belle au bois dormant », « Casse-noisette », « Gisèle »…Donc, c’est dans l’ordre des choses que cet été elle opte pour le midsummer night’s dream, le songe d’une nuit d’été, en français. Ce conte shakespearien, écrit entre 1594 et 1595, met en scène plusieurs intrigues dont principalement la tentation de désunir deux couples. Tout se passe en une nuit d’été en Grèce qui s’apparente à un rêve. Marynn précise que la pièce est empreinte de comédie par-dessus son caractère manichéen. Par conséquent, le soin a été porté sur les tops danseurs de l’école pour les principaux rôles. Des jeunets de 2-3 ans aux adultes, presque 200 personnes au total, se retrouveront sur scène les deux jours. Il a fallu deux à trois mois de préparation pour assimiler les chorégraphies. Ce n’est carrément pas sorcier pour une école qui a passé le cap de 50 ans. Lynn avoue avoir puisé dans ses recherches pour assurer un rapprochement côté costumes à l’époque où la pièce a été écrite. Elle se targue aussi du fait que sa collection privée regorge d’habillements d’époque. Les deux dames expliquent que même si c’est la première fois qu’elles représentent cette œuvre du XVIe siècle, il ne leur a point paru difficile de représenter cette époque. Quand on leur demande si le public, notamment le leur, affiche une préférence entre la racine, le moderne et le ballet classique, elles avouent que non. Il suffit de savoir les alterner de manière à ce qu’il les apprécie chacun à sa juste valeur. Le rendez-vous est donc les 16 et 17 juin à Union School. Marynn garantit que, pendant ces deux jours, le public passera un très bon moment. Par conséquent, autant venir en grand nombre pour savourer ce ballet classique où les moments magiques seront nombreux. Le prochain rendez-vous sûr, c’est en mars 2018. Cependant d’autres dates pourront être annoncées en décembre, selon Lynn, qui annonce que la période 2017-2018 sera des plus chargées dans l’histoire de son institution.

Réagir à cet article