Jera ak Jèta de Makenzy Orcel sur scène

Publié le 2017-06-13 | Le Nouvelliste

Ticket Mag -

Jera ak Jèta, œuvre inédite du co-invité d’honneur à Livres en folie 2017, Mackenzy Orcel, sera présentée sur la scène de la Fokal le mercredi 14 juin 2017. Cette histoire tragique mettant en scène un couple des quartiers défavorisés est une suite de questionnements sur la problématique de la violence conjugale dans les ménages en Haïti. Jera ak Jèta sont morts le même jour suite à un malheureux accident. Ils se croisent dans l’au-delà et se remémorent leur passage sur terre, leur vie de couple et tous les malheurs qu’ils ont connus. Finalement, le bourreau, ‘‘Jera’’, reconnaît ses péchés. Il avoue avoir mal agi. Mais il est trop tard pour réparer les torts que Jera a causés. La mort s’est chargée de mettre fin au calvaire de la pauvre Jèta. Dans le fil de leur conversation, des questions leur viennent soudain à l’esprit. Pourquoi la victime, Jèta, a-t-elle gardé le silence ? Pourquoi les voisins ont-ils fait semblant de ne rien voir ? Aurait-on entendu les cris de Jèta si elle avait eu le courage de les pousser ? Mise en scène par Pascale Julio, Jera ak Jèta est une pièce d’une heure jouée exclusivement par deux acteurs, Ketsia Vainadine Alphonse et Miracson Saint-Val, en créole. Dans la peau de divers personnages, ces deux époux auront à reconstituer leur vécu dans leur communauté. Les malheurs de leur quotidien, leurs voisins sourds et aveugles, la justice loin de leur entourage. Tout y est représenté. Selon la metteure en scène, Jera ak Jèta est une façon de donner la voix aux habitants des quartiers défavorisés souvent laissés aux oubliettes. « Mackenzy m’a passé le texte pour que je puisse le regarder. Après l’avoir lu, j’ai tout de suite eu envie d’en faire une pièce », confie Pascale. En mettant en scène ce texte du jeune auteur Mackenzy Orcel, Pascale Julio veut dire non à la violence conjugale. « Qu’elle soit verbale ou physique, la violence n’aura jamais sa place dans les ménages, d’ailleurs je n’ai jamais compris pourquoi les victimes s’entêtaient à garder le silence », a-t-elle souligné. Mais aurait-on écouté Jàta ? Aurait-elle reçu l’assistance nécessaire ? Mais qui écoute-t-on dans ces cas? », voilà les quelques questions qui s’en viennent à la fin. « Jera ak Jèta » est un cri à l’égard de toutes ces Jèta du pays, abandonnées à une violence quotidienne. A noter que « Jera ak Jèta » est une œuvre inédite de Mackenzy Orcel. La mise en scène aura lieu à la Fokal (Fondasyon konesans ak libète) le mercredi 14 juin à 6 h p.m. Les cartes sont disponibles à la Fokal, tout intéressé peut se la procurer gratuitement.

Réagir à cet article