Un cadeau empoisonné

Les Potins de Rose Comme beaucoup de gens, j’aime chanter sous la douche. Je suis mon unique fan. J'enlève la serviette et l’accroche à la barre suspendue au mur à cet effet. Je tourne le robinet et le jet d’eau froid me ramène à la réalité. Wouch ! Bon, sa k te pran m la menm gran maten sa a pou m al beynen an ? M pa janm konnen yo bay moun trofe pou sa. Grrrrr....

Publié le 2017-06-14 | Le Nouvelliste

Ticket Mag -

Juste au moment où je m’apprêtais à maudire l’eau, mon téléphone s’est mis à sonner. Aaa, moun sa a menm nan… Sans même regarder, je prends mon portable que j'avais déposé sur le lavabo. - Allo ? - Comment vas-tu, Rose? - Ça va. Je reconnais la voix de Stéphanie tout de suite. -Rose, j’ai besoin de toi. Je regarde le téléphone et d’un air égaré, je réplique : -Hein ! Qui? moi ? -Se pa ou yo rele Rose la ? Oui, toi. -Que puis-je faire pour toi, lui demandai-je sans souligner sa remarque. -Sa w genyen w cho konsa? Se mwen ki di w m bezwen w. Tann. Avant, tu dois me promettre de ne rien raconter à personne. - Ah, ma chère, si tu as besoin d’argent, tu fais fausse route. Stéphanie je n’ai pas un clou. - Ayyy ! Retire de pye devan w sou mwen, Rose. Se tout moun ki bezwen kras ? Oo, ou twonpe w « de personne ». - Mon Dieu! Mais quelles sont ces expressions ? Ok, qu’est-ce qu’il te faut alors ? Je ne peux pas te donner de woulib non plus, ma voiture est au garage. -Rose, pe tande. Sispann fè devinèt. Talè m pa di w anyen ankò. -Ok, chère, excuse-moi, tu as raison. Èske se…, hum, hum, Comment puis-je t’aider ? -Te souviens-tu de Marc ? -Le jeune homme qui vit à l’étranger ? -Oui, lui-même. - Oui, tu parles tout le temps de lui, qu’est-ce qu’il a ? L ap resi antre nan peyi a pou moun wè l ? Kijan w fè menm renmen ak yon nèg se sou fesbouk sèlman nou chat epi nou fè videyo kò l ? -Rose, m p ap rakonte w anyen ankò si se pòz jij ou w ap vin pran sou mwen - Ok, ok, pale non. - Oui, il rentre. -Voilàààà, une fois de plus, je m'arrêtai de parler très vite. - Oui, il rentre demain et m’a demandé de lui préparer un plat de griot avec des bananes frites. - Ok, pou jan w konn fè bon ti manje, m a pase vin chache manje. -Rose, je ne sais pas faire à manger. - Aaa, m konn se yon bagay serye wi fi a pral di m. Tu te sous-estimes, ma chère, ne sois pas si dure avec toi-même. - Je te dis que je ne sais pas faire à manger. Un silence s’installa au bout du fil. -E tout bèl manje w konn fè w ap poste foto yo a. -Derrière mon ordi, sur les réseaux sociaux, je peux même dire que je suis médecin, ce n’est pas la peine de te faire un dessin, ou konn jan moun bay manti sou fesbouk. -Aaa m pa kwè w. Kijan yo fè spageti? -Ou met spagetti a nan chodyè a, ou plen l dlo epi ou kite yo bouyi. -Non Steph, met dlo a bouyi anvan ak sèl epi kou l cho ou met spageti a. -Aaa, m pa konnen mwen. -Ok, e kijan w bouyi yon ze? -A non, sa a fasil Rose. -Ok, di m non. -Ou met dlo a ak sèl la bouyi kou l cho ou met ze a. -Non Steph, ou met ni ze a ni dlo a ansanm epi ou pa met sèl. -Aaa, ou pa konn sa w vle se pa sa w te di m talè a non pou spagheti a. Tchuiiip, gad on tenten. A, ou gen rezon, ou pa konn fè manje vre. Eben, Tu diras la vérité à ton ‘’mennaj’’. -Weyyy, epi nèg la tou kite m. Tou mennen m ta p mennen nou shopping m t ap di c’est moi qui paie a, se nèg la ki te konn voye transfè pou mwen. Nou pa konnen m p ap travay ? Kote w panse m te konn jwenn kòb konsa ? Il vient me faire sa demande en mariage, kòmsi Rose pou m kite nèg la ale ? -Eben, va prendre un cours de cuisine, le temps qu’il vienne, w a gentan konn bouyi yon ze. -Très drôle Rose epi ou genlè pa tande, demen wi m di w la p vini ! -OO, bon m bliye. Alors qu’est-ce que tu attends de moi ? -J’ai un plan. -Je t’écoute. -Je vais lui dire que mon four ne marche pas que je vais venir chez toi pour cuisiner. -Chez moi ? Pourquoi moi ? Pourquoi pas Jasmine ? - Men wi ou bezwen afè m al nan lari ? -Ok, bon, merci de ta confiance, j’apprécie. -Rose, m pa ka pale franse la a. Est-ce que tu t’embarques ? -Ah ! E si yo kenbe nou ? Je perds ma crédibilité. - Ou pa ka rale kò w non la a, ou manje nan kòb nèg la tou. - Oo, je n’étais pas au courant. -Eben ok. Allons voir ce que cela va donner. Après avoir raccroché, la chaleur du portable près de mon oreille était insupportable. Cela faisait déjà 30 minutes quand même. Bon, nan kisa m pran la a ? J’oubliai la conversation vite fait et retournai à ma douche à l’eau froide. Très tôt, le lendemain, Stéphanie était à ma porte. Mesye ! Sa k ta di sa ! Stéphanie et moi, deux acolytes. Je ne pouvais m’empêcher de sourire. -C’est à quelle heure le vol de ton prince ? - À 11 heures. -Nous n’avons pas beaucoup de temps. -Je pris le sac de bananes entre ses mains et nous nous dirigeâmes vers la cuisine. -Occupe-toi des bananes, moi je vais préparer la viande. Son regard me disait qu’elle ne savait pas quoi en faire. - Je vais te montrer comment les éplucher. Le travail accompli, je lui dis « et voilà » ! On frappe à la porte. Je laisse les instructions à Stéphanie avant de me déplacer. Lorsque l’huile sera assez chaude, mets les bannanes que nous venons de couper. Lè w wè yo kòmanse jòn, retire yo, peze yo epi pase yo nan dlo sale epi fri yo ankò. -Okay Rose, j’ai compris. - Parfait ! À la porte, c’était mon Eduardo. Je l’invitai au salon, on parlait de tout et de rien. On se faisait des bisous quand tout à coup j’entendis un martellement à la cuisine. M tande kow kow kow kow Lè m vòlitje m kouri al nan kizin nan, m jwenn Stéphanie tankou yon moun k ap sote kòd. Lè m gad atè a, m wè Stéphanie, yon bannann nan men goch, yon mato nan men dwat. -Mais que fais-tu? Map peze bannann yo. Wouy ! Stéphanie, m te di w peze, men ou menm se bat w ap bat li la a. Après m’être retenue d’éclater de rire, je lui ai expliqué comment faire. J’ai dû donner congé à mon Eduardo pour me concentrer sur Stéphanie, car je ne pouvais visiblement pas la laisser seule une minute. Le plat était fin prêt et avant que le mennaj n’arrive, la table était servie chez Stéphanie. Vers 2 heures, elle m’appelle en catastrophe. -Rose, nou pran ! Nou pran ? Ki nou ki pran an ? Nou pran. Mesye a tèlman renmen manje a, li di m kò m fou a an pàn, la p jwenn yon solisyon. M sot ouvè pòt la, yon moun t ap frape. M wè yon mesye ak yon gwo fou ki vin fè livrezon. Marc la menm vin parèt li di m, plus question d'aller cuisiner chez ton amie. Tu fais trop bien à manger, je t'offre un four et, en plus, je viens de changer ma date de retour, au lieu de 4 jours, je vais rester pour 2 semaines. M tèlman sezi, m manke endispoze. Sa w di m la a ? Je ne pouvais m'empêcher de rire. Late declined me fit comprendre que Stéphanie m'avais raccroché au nez. Le téléphone tomba de mes mains. Se premye fwa yon gason ofri yon fi gwosè kado sa a, pou l pa le bienvenu. Rires...

Réagir à cet article