La Cour des comptes et ses partenaires optent pour le contrôle performant des finances publiques

Pour une mise en œuvre du contrôle performant des finances publiques, la Cour supérieure des comptes (CSCCA), le Conseil national des marchés publics (CNMP) et l’Unité de lutte contre la corruption (ULCC) ont organisé, le vendredi 12 mai, un atelier de formation sur la réforme des finances publiques. La tenue de cet atelier tire son sens du souci de dégager une synergie et une nécessaire coordination entre tous ces partenaires du contrôle.

Publié le 2017-05-19 | Le Nouvelliste

Economie -

« Quelle voie emprunter si nous voulons avoir des conséquences différentes de celles que nous avons aujourd’hui, politiquement dangereuses et néfastes ? », s’est interrogé Jean Ariel Joseph, l’actuel président de la Cour supérieure des comptes et du contentieux administratif (CSC/CA). La formation pour un meilleur contrôle est, pour lui, la solution idéale, car elle mènera à la réforme de l’institution et à ses mécanismes de contrôle des finances publiques. « La Cour a déjà pris le train de la modernisation. Depuis un certain temps, des séances de formation, des séminaires en contrôle juridictionnel et en technique d’audit sont organisés à l’intention des employés pour les rendre plus performants », a-t-il indiqué. Le ministre de l’Économie et des Finances Jude Alix Patrick Salomon a salué, d’entrée de jeu, le diagnostic fait par les experts de l’Union européenne. Il a aussi insisté sur le fait que c’est pour la première fois qu’une mission d’experts décrypte l’ensemble des organes de contrôle en analysant leur cadre légal et règlementaire, leur fonctionnement, leur évolution, les réformes qu’ils ont menées. Ce rapport, fait-il remarquer, contient des recommandations de grand intérêt pour le renforcement, la transformation et la modernisation des organes de contrôle et des pratiques de contrôle en Haïti. « Le moment est venu de s’impliquer pour l’application des bonnes pratiques internationales. La gestion publique et la bonne gouvernance ne peuvent se concevoir sans un contrôle fort, pertinent et adéquat de la gouvernance », a-t-il déclaré, précisant au passage que les organes de contrôle ont besoin de se renforcer et d’adapter leur méthode aux défis qui nous entourent. Pour sa part, l’ambassadeur Vincent Degert, chef de la délégation de l'Union européenne en Haïti, a rappelé l’objectif de cet atelier de réflexion supporté par l’UE dans le cadre du soutien budgétaire à l’État haïtien. « Nous croyons qu’il faut harmoniser le travail de la Cour des comptes avec les autres structures en charge du contrôle des deniers publics si nous voulons renforcer le contrôle financier et encourager du même coup la lutte contre la corruption », a-t-il détaillé dans ses propos de circonstance. Le contrôle est le pilier fondamental de tout système de gestion des finances publiques car il contribue à la sécurisation de la chaîne de dépenses et des recettes publiques, a jouté M. Degert. La chaîne de contrôle doit être renforcée avec en vue le besoin d’harmoniser le travail de la CSC/CA ainssi que les autres structures telles que le CNMP et L’ULCC. Toutefois, Vincent Degert considère que ces trois autorités majeures de contrôle des finances publiques ne jouissent pas d’une réelle indépendance et d’une autonomie suffisante à ce jour. Il suffit, dit-il, de regarder leur ancrage institutionnel, les procédures de nomination et leur attachement budgétaire pour s’en rendre compte. Pour l’expert mandaté par l’UE aux fins de réaliser cette mise en œuvre du contrôle performant des finances publiques par la Cour des comptes et ses partenaires, Michel Carles, magistrat financier en France, une bonne gestion des ressources publiques et des fonds alloués au développement permettront aux citoyens de recouvrer la confiance en l’État et favoriseront le développement du pays. « Aucune recette publique, aucune dépense publique, de quelque nature que ce soit, ne doit pas échapper à un contrôle. Qu’il soit interne ou externe, a priori ou a posteriori ; ces contrôles doivent être transparents », a-t-il prescrit.

Réagir à cet article