Football/Anniversaire

99 ans pour le Violette Athlétic Club

2018 marquera les 100 ans d'existence du Violette Athlétic Club (VAC). Surnoms : «Club du Pont-Pradel» et «Vieux Tigre». Frappé des couleurs «bleu et blanc», en ce jour de l'année 2017, le VAC a bel et bien 99 ans depuis qu'il apporte sa contribution au football haïtien.

Publié le 2017-05-15 | Le Nouvelliste

Sport -

Communément appelé le doyen des clubs sportifs haïtiens, le Violette a pris naissance au Bel-Air dans les salons de Mme Pétion Moscowa. Cette dame logeait dans un établissement scolaire qu'elle dirigeait à l'époque situé à l'angle de la Rue Dr Aubry. Parmi les membres fondateurs de ce club, on retient les noms des frères Avin (Maurice et François) et François Hérard pour ne citer que ceux-là. Avec toute une pléiade de grands footballeurs de l'époque, le Violette, dès sa fondation, est vite devenu un club très populaire. Ces as du ballon rond répondaient aux noms de : Jojo Beaulieu, Michel Oreste "Sonson" Alerte (transfuge du Victory), Évans Léger, Faidherbe Mews, Pasquet, Gérald Haig, André Mathurin, Antoine Smith (gardien de but) etc... La génération des années 60 voyait émerger les Alix Paul Roc (libéro), le stoppeur Ralph Kernizan, Philippe Vorbe, le formidable avant-centre Reynold Saint-Surin, etc... Les nostalgiques du bon vieux temps n'oublieront pas les années 70 de cette solide génération constituée des titulaires à part entière en sélection nationale : Henri Francillon, Ernst-Jean-Joseph, Pierre Bayonne, Roger Saint-Vil, Guy François entre autres. Le Violette, il faut le signaler, a été l'un des premiers clubs dans l'histoire du football haïtien à verser dans le semiprofessionnalisme avec pour sponsor la marque automobile LANCIA. Rien qu'à voir évoluer cette équipe du Violette vous fera bien vite adhérer au club des supporteurs. Et c'est bien dommage que cette équipe conduite par le «vieux renard» Antoine Tassy (Zoupim) n'ait eu à son actif que des titres de champion de la Coupe Pradel. Cette génération du VAC qui, dans un tournoi sponsorisé par Pepsi-Cola, faisait échec au New York Cosmos, emmené par les Pelé, Chinaglia, Miflin, etc...dans une finale âprement disputée et gagnée par les «bleu et blanc» 2-1. Un rappel des joueurs ayant marqué cette génération : le gardien Edner Charles, cette paire d'arrières centraux formée de Ernst Jean-Joseph et Frantz Mathieu, Pierre Bayonne (capable d'évoluer à tous les postes), les frères Vorbe (Philippe et Charles), Jean-Mary Jean-Baptiste, Adilas Charles, Xavier Célestin, Édouard Jean-Baptiste, à ne pas oublier les Argentins dont les Oscar (Montironi et Barionuevo), Rogelio Ricato et le Brésilien Pio Da Silva pour ne citer que ceux-là. Mais les violettistes devaient attendre l'année 1984 pour voir leur rêve caressé depuis belle lurette devenir réalité en s'adjugeant de toute beauté le précieux trophée de la CONCACAF des clubs avec comme entraîneur Charles Vorbe et comme préparateur physique Ralph Kernizan. Parmi ces vedettes, il faut citer le gardien Wilner Piquant, Édouard «Pépé» Vorbe, Gilbert Léis, Henry-Claude Charmant, James Bolté, pour ne citer que ceux-là qui allaient marquer l'histoire du «vieux tigre». ce dernier et son éternel rival, le Racing club haïtien (viuex lion) restent et demeurent les clubs les plus titrés dans l'histoire du football haïtien avec le titre de champion de la CONCACF des clubs. C'est bien dommage de nos jours d'assister à une descente aux enfers du club dont on attend bien vite la «remontada» en division supérieure l'année prochaine, question de célébrer en toute beauté ses 100 ans d'existence.

Réagir à cet article